Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog de JL Benoît - Page 2

  • Le France et la réforme - Circus Maximus -

     

    Ce qui se passe aujourd’hui en France est exemplaire quant à notre incapacité de réformer. Les démocraties seront des régimes agités et conservateurs disait Tocqueville. Quoi de plus vrai chez nous ? On peut se reporter à : http://www.constructif.fr/bibliotheque/2014-11/le-point-de-vue-de-tocqueville.html?item_id=3435

     

    La démocratie ne répond pas toujours à l’appel, en France, elle est plus souvent apparente que réelle : une démocratie d’apparence et d’apparences. Quant à l’agitation de nos frondeurs, qui postériorisent l’hémicycle, ils attirent tous les regards et commentaires de nos merdias. 

    Guignolades des séances de questions, postures ; c’est grandiose ! Tous ceux qui voudraient bien avoir l’air mais n’ont pas l’air du tout se précipitent sur le devant de la scène, Paul avec son look mi- Coluche (en moins drôle, mi- Christophe Colomb, mais on se demande ce qu’il aurait bien pu découvrir…).frondeurs,christian jacob,ump,martine auv-bry,cécile duflot,hamon,agités,conservateurs,fondement,poiret,dégage,démocratie,réformeCapture d’écran 2015-02-18 à 14.36.35.png

     

     

    frondeurs,christian jacob,ump,martine auv-bry,cécile duflot,hamon,agités,conservateurs,fondement,poiret,dégage,démocratie,réformefrondeurs,christian jacob,ump,martine auv-bry,cécile duflot,hamon,agités,conservateurs,fondement,poiret,dégage,démocratie,réforme

     

    Agités "fondamentaux" qui ont oublié qu’on peut (normalement) tout faire avec une épée, sauf s’asseoir dessus…Capture d’écran 2015-02-18 à 14.37.49.png

    Et Martine ! Elle n'a pas peur : "il fallait continuer à discuter !" Tu l'as dit !!! Elle me saoule...

    Et Duflot ! « Ce qui vient de flot repart de marée », dit-on chez moi !Capture d’écran 2015-02-18 à 14.39.50.png

     

    En face, ceux qui s’opposent à une loi, discutée démocratiquement, dont bien des éléments vont dans le sens de leurs aspirations antérieures, s’opposent au texte !

    A ce jeu Christian Jacob est remarquable.Capture d’écran 2015-02-18 à 14.34.41.png

    Il me fait penser à Poiret, dans « La gueule de l’autre » mais Poiret jouait !frondeurs,christian jacob,ump,martine auv-bry,cécile duflot,hamon,agités,conservateurs,fondement,poiret,dégage,démocratie,réforme

    Le spectacle  de nos politiques serait comique s’il n’était affligeant, à moins que ce ne soit l’inverse !

    Fichez-moi tout ça dehors !

     

    http://www.constructif.fr/bibliotheque/2014-11/le-point-de-vue-de-tocqueville.html?item_id=3435

     

  • D'une époque fantastique à une époque étrangement schizophrénique ... de Daniélou à DSK

    Le 20 mai 1974, le cardinal Daniélou meurt en pleine épectase en allant évangéliser  Marie-Madeleine, l’une des plus belles figures qui soit, celle à qui le Christ est apparu en premier en sortant du tombeau : noli me tangere !daniélou,dsk,barabbas,pilate,jésus,matthieu,nuances de grey,madame de saint-sulpice,confucius,eugénie de montijo,napoléon iii

    N’avait-il pas dit : Je vous le dis en vérité, les publicains et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu. (Mat. 28)

    Il est vrai que cela n ‘a pas plu et que c’est l’une des raisons, entre autres, pourquoi les bien pensants de l’époque lui  ont fait la peau, malgré les efforts réitérés de Ponce Pilate pour lui sauver la mise :

    Et comme il était assis sur le tribunal, sa femme lui envoya dire: N'aie rien à faire avec ce juste; car j'ai beaucoup souffert aujourd'hui à son sujet dans un songe. Mais les principaux sacrificateurs et les anciens persuadèrent aux foules de demander Barabbas et de faire perir Jesus. (...) Pilate leur dit: Que ferai-je donc de Jésus, qui est appelé Christ? Ils disent tous: Qu'il soit crucifié ! Et le gouverneur dit : Mais quel mal a-t-il fait ? Et ils s'écriaient encore plus fort, disant : Qu'il soit crucifié !

    Et Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que plutôt il s'élevait un tumulte, prit de l'eau et se lava les mains devant la foule, disant :

    daniélou,dsk,barabbas,pilate,jésus,matthieu,nuances de grey,madame de saint-sulpice,confucius,eugénie de montijo,napoléon iiiJe suis innocent du sang de ce juste ... Et tout le peuple, répondant, dit : Que son sang soit sur nous et sur nos enfants !(Mat. 27 , 19-24)

     Nous n’en sommes plus au temps béni où Daniélou exerçait son ministère près des dames de Saint-Sulpice ; on s’occupe désormais du cas DSK.daniélou,dsk,barabbas,pilate,jésus,matthieu,nuances de grey,madame de saint-sulpice,confucius,eugénie de montijo,napoléon iii

    Chacun pense ce qu’il veut et juge comme bon lui semble.

    Cependant en ce même moment où les merdias dénoncent ses/ces turpitudes, ces mêmes merdias font état du succés qui attend le film Nuances de Grey appelé à un succès énorme, comme le livre éponyme.daniélou,dsk,barabbas,pilate,jésus,matthieu,nuances de grey,madame de saint-sulpice,confucius,eugénie de montijo,napoléon iii

    On réserve des places à l'avance, les jeunes femmes, les femmes jeunes et les ménagères de 50 ans, et les hommes, leurs maris, leurs amants, leurs gigolos ou tous les indépendants ... réservent leurs places, nous répètent à l'envi et en boucle, les merdias. Les marchands de godmichets et voient leurs ventes connaître une explosion, rapportent encore les mêmes merdias !

    Il y est question je crois, dans ce livre/film, si j’ai bien entendu, d’une jeune femme sans le sou qui se livre aux pratiques sadiques d’une homme fortuné !... Mais entendons-nous bien, si j'ai bien compris, un sadisme soft, ou quelque chose du genre. Vous voyez ! Qu'entendez-vous par là ? Pas grand chose à la vérité !

    Rappelons ici les fortes paroles de Confucius : « On a le droit d’être c@n, mais il y a des limites".

    J’ajoute que les mêmes moralistes évoqués au début (tous ceux qui hantent nos plateaux de télé dissertant shitphilosophiquement), les mêmes, dis-je, voici quelques mois, dans les mêmes circonstances, portaient les mêmes jugements et suivaient attentivement à la télévision l’histoire de l’impératrice Eugénie, vous savez la femme de ce putassier de Napoléon III, bien connu à ce titre.

    « Vaste programme » disait de Gaulle ; en ces temps merdiatiques, la pente est encore plus raide.

    Si l’on peut dire !

  • Economie réelle ou économie mafieuse ?

    Il y a toujours une dans l’économie une part d’escamotage et de filouterie mais celle qui s’est installée avec le néo-libéralisme  Reagan-Thatcher est sans commune mesure avec tout ce qui précède.hsbc,paradis fiscaux,économie réelle,mafia,loge p2,banque ambrosiano,susan george,les usurpateurs,écuries d'augias,lobby,reagan,thatcher,blanchiment,truands

    Nous sommes depuis lors prisonniers d’une économie mafieuse ; et les membres des  honorables sociétés financières et groupes bancaires ne sont pas d’une nature différente de celle des honorables membres des honorables sociétés avec lesquels ils partagent les hôtels, les avions, les femmes, les implantations géographiques et paradis fiscaux.

    Aussi suis-je satisfait de voir qu’avec l’affaire HSBC on se décide à marier système bancaire et mafia ; je le répétais depuis longtemps, vox clamans in deserto…

    Paradis fiscaux

    Prêts frauduleux

    Fonds pourris

    Blanchiment

    Mais le système dans lequel l’économie financière est totalement déconnectée de l’économie réelle n’est qu’une autre des tentacules de la pieuvre, celle qui fait que 1%   les plus riches, les plus puissants, les plus mafieux captent pour eux une part considérable de la richesse.

    Les plus pauvres deviennent des assistés à vie, dépendant entièrement pour leur subsistance de la charité publique ou privée tandis que les classes moyennes sont totalement pressurées. Economie du vol, économie mafieuse aux mains des plus riches mais surtout des grands groupes anonymes dont les managers, honorables membres de ces sociétés, ne se distinguent des mafieux que par quelques pratiques annexes, mais pour le reste ils ont le même ADN ; comme eux ce sont des truands, d’ailleurs les relations entre la mafia, les banques, les paradis fiscaux, sont incestueuses. Qu’on se rappelle l’histoire de la banque Ambrosiano liée au Vatican et à la loge P2.

    hsbc,paradis fiscaux,économie réelle,mafia,loge p2,banque ambrosiano,susan george,les usurpateurs,écuries d'augias,lobby,reagan,thatcher,blanchiment,truandsComment faire le ménage ? Nettoyer les écuries d’Augias ; tâche quasiment impossible. La seule condition nécessaire aujourd’hui possible consiste à faire sauter tous les secrets de ces groupes, le secret leur étant absolument indispensable. Mais cette condition n’est sans doute pas suffisante tant ces groupes et leurs lobbies tiennent nos pseudo « élites » politiques et leurs laquais par les c…..s. 

    Une petite pensées pour nos spécialistes qui viennent disserter sur nos économies et qui sont tous, ou presque, grassement rémunérés par de grands groupes auxquels ils permettent de prendre et de garder le pouvoir… Tous des « Usurpateurs ».hsbc,paradis fiscaux,économie réelle,mafia,loge p2,banque ambrosiano,susan george,les usurpateurs,écuries d'augias,lobby,reagan,thatcher,blanchiment,truands

     

  • 'Touche pas au grisbi, salope!" Il faut exorciser Macron !

    Les membres de la très honorable société d'"officiers ministériels" (si, si, ne rigolez pas) qui ont proféré des menaces de mort en direction de Macron considèrent qu'outre la nécessité de prévoir un contrat, il conviendrait de faire exorciser au préalable cette engeance diabolique qui entend toucher à leur grisbi.

     

    Capture d’écran 2015-02-03 à 10.58.47.png

     
     
    Touche pas au grisbi, Salope !
     

     

     

     

     

     

    Hier, nous vivions dans le jardin heureux de Jérôme Bosch.Capture d’écran 2015-02-04 à 14.25.35.png

     

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui c'est l'enfer.Capture d’écran 2015-02-04 à 14.18.34.png

     

     

     

     

     

     

    Il faut chasser les démons et les boucs lubriques de cet univers et pratiquer le grand exorcisme.Capture d’écran 2015-02-04 à 14.31.32.png

     

     

     

     

     

     

     

     

    Capture d’écran 2015-02-04 à 14.16.08.png

  • Macron menacé de mort: "Touche pas au grisbi salope !"

    Quelle classe ! 

    Quelle honorable société: un contrat sur la tête de Macron pour bientôt?

     

    Capture d’écran 2015-02-03 à 10.58.47.png"Touche pas au grisbi salope !"

     

     

     

    Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale a reconnu que les députés ont reçu de nombreux courriers d'insultes de la part des professions réglementées du droit, très remontées contre la loi Macron.

  • Au chevet de la Grèce

    Aux bons soins des docteurs Fmi et Troïka

    Je me rappelle, comme dirait Pérec, le moment où DSK, directeur du FMI, disait que le plus simple et le plus économique serait / aurait été, à l'époque,  d'annuler la dette de la Grèce, nous étions en 2010-2011. ça aurait coûté combien? Bien moins, si mes souvenirs sont exacts, que les remises partielles ultérieures aujourd'hui évaporées et la dette toujours croissant comme le cadavre dans la pièce de Ionesco.

    Mais depuis lors, la médecine du FMi  et des instances internationales est exactement celle des médecins de Molière et me fait toujours penser à ce passage délicieux de Dom Juan:

    grèce,économie,fmi,dsk,molière,dom juan,sganarelle,troïkaSGANARELLE - Ma foi, Monsieur, avouez que j'ai eu raison, et que nous voilà l'un et l'autre déguisés à merveille. Votre premier dessein  n'était point du tout à propos, et ceci nous cache bien mieux que tout ce que vous vouliez faire.

     

    DOM JUAN - Il est vrai que te voilà bien, et je ne sais où tu as été déterrer cet attirail ridicule. 

     

    SGANARELLE - Oui? C'est l'habit d'un vieux médecin, qui a été laissé en gage au lieu où je l'ai pris, et il m'en a coûté de l'argent pour l'avoir. Mais savez-vous, Monsieur, que cet habit me met déjà en considération, que je suis salué des gens que je rencontre, et que l'on me vient consulter ainsi qu'un habile homme?

     

    DOM JUAN - Comment donc?

     

      SGANARELLE - Cinq ou six paysans et paysannes, en me voyant passer, me sont venus demander mon avis sur différentes maladies. 

     

    DOM JUAN - Tu leur as répondu que tu n'y entendais rien? 

     

    SGANARELLE - Moi? Point du tout. J'ai voulu soutenirl'honneur de mon habit: j'ai raisonné sur le mal, et leur ai fait des ordonnances à chacun. 

     

    DOM JUAN - Et quels remèdes encore leur as tu ordonnés?

     

    SGANARELLE - Ma foi! Monsieur, j'en ai pris par où j'en ai pu attraper; j'ai fait mes ordonnances à l'aventure, et ce serait une chose plaisante si les malades guérissaient, et qu'on m'en vînt remercier.

     

    DOM JUAN - Et pourquoi non? Par quelle raison n'aurais-tu pas les mêmes privilèges qu'ont tous les autres médecins? Ils n'ont pas plus de part que toi aux guérisons des malades, et tout leur art est pure grimace. Ils ne font rien que recevoir la gloire des heureux succès, et tu peux profiter comme eux du bonheur du malade, et voir attribuer à tes remèdes tout ce qui peut venir des faveurs du hasard et des forces de la nature.

     

    SGANARELLE - Comment, Monsieur, vous êtes aussi impie en médecine / économie ? 

     

    DOM JUAN - C'est une des grandes erreurs qui soit parmi les hommes.

     

    SGANARELLE - Quoi? vous ne croyez pas au séné, ni à la casse, ni au vin de l'émétique? 

     

    DOM JUAN - Et pourquoi veux-tu que j'y croie? 

     

    SGANARELLE - Vous avez l'âme bien mécréante. Cependant vous voyez, depuis un temps, que le vin émétique fait bruire ses fuseaux, ses miracles ont converti les plus incrédules esprits, et il n'y a pas trois semaines que j'en ai vu, moi qui vous parle, un effet merveilleux.

     

    DOM JUAN - Et quel? 

     

    SGANARELLE - il y avait un homme qui, depuis six jours,  était à l'agonie; on ne savait plus que lui ordonner, et tous les remèdes ne faisaient rien; on s'avisa à la fin de lui donner de l'émétique. 

     

    DOM JUAN - Il réchappa, n'est-ce pas? 

     

    SGANARELLE - Non, il mourut. 

     

    DOM JUAN - L'effet est admirable. 

     

    SGANARELLE Comment? Il y avait six jours entiers qu'il ne pouvait mourir, et cela le fit mourir tout d'un coup. Voulez-vous rien de plus efficace?grèce,économie,fmi,dsk,molière,dom juan,sganarelle,troïka

     

  • On devrait nous éviter cela!

    Cornichon, Bachi-Bouzouk, Moule à gaufres, marchand de Guano... évidemment toutes ces étiquettes ne peuvent convenir à notre brillant ministre....

    Ce ne fut pas une surprise, après les élections grecques, on a vu réapparaître sur les écrans le visage de Moscovici.

    Les résultats (...) du personnage depuis le temps où il était ministre des affaires européennes (lors du vote catastrophique passé sous l'égide des duettistes Chirac et Jospin), son dernier passage au ministère de l'économie, degré zéro de la pratique, devrait nous dispenser de le revoir; barbu ou non, impropre à tout.moscovici,marchand de guano,moule à gaufres,cornichon,commission européenne

    Aurea mediocritas qui permet à ceux  qui ont tout raté de trouver une place dans la commission européenne ! Il faut vraiment que ce soit une grosse commission pour permettre de tels recyclages !

  • A méditer

    En suivant les évènements qui se déroulent aujourd'hui en France, en voyant le sursaut actuel dont j'espère qu'il aura des suites, je repensais à ce texte remarquable dans lequel Tocqueville, à la dernière page de L'Ancien Régime et la Révolution, dit son amour pour sa Nation, si surprenante, si incompréhensible parfois, mais capable des plus grandes choses lorsqu'elle sait remettre au premier plan son amour de la Liberté.tocqueville,obama,de gaulle,l'ancien régime et la révolution,condoleezza rice,dobrinyn,villepin,rafales,la fayette,cuba,phnom pen,vietnam,twin towers an

    À plusieurs reprises, depuis que la Révolution a commencé jusqu'à nos jours, on voit la passion de la liberté s'éteindre, puis renaître, puis s'éteindre encore, et puis encore renaître ; ainsi fera-t-elle longtemps, toujours inexpérimentée et mal réglée, facile à décourager, à effrayer et à vaincre, superficielle et passagère. Pendant ce même temps la passion pour l'égalité occupe toujours le fond des cœurs dont elle s'est emparée la première; elle s'y retient aux sentiments qui nous sont les plus chers; tandis que l'une change sans cesse d'aspect, diminue, grandit, se fortifie, se débilite suivant les événements, l'autre est toujours la même, toujours attachée au même but avec la même ardeur obstinée et souvent aveugle, prête à tout sacrifier à ceux qui lui permettent de se satisfaire, et à fournir au gouvernement qui veut la favoriser et la flatter les habitudes, les idées, les lois dont le despotisme a besoin pour régner.(…)

    Quand je considère cette nation en elle-même, je la trouve plus extraordinaire qu'aucun des événements de son histoire. En a-t-il jamais paru sur la terre une seule qui fût si remplie de contrastes et si extrêmes dans chacun de ses actes, plus conduite par des sensations, moins par des principes ; faisant ainsi toujours plus mal ou mieux qu'on ne s'y attendait, tantôt au-dessous du niveau commun de l'humanité, tantôt fort au-dessus ; un peuple tellement inaltérable dans ses principaux instincts qu'on le reconnaît encore dans des portraits qui ont été faits de lui y il a deux ou trois mille ans, et en même temps tellement mobile dans ses pensées journalières et dans ses goûts qu'il finit par se devenir un spectacle inattendu à lui-même, et demeure souvent aussi surpris que les étrangers à la vue de ce qu'il vient de faire ; le plus casanier et le plus routinier de tous quand on l'abandonne à lui-même, et lorsqu'une fois on l'a arraché malgré lui à son logis et à ses habitudes, prêt à pousser jusqu'au bout du monde et à tout oser ; indocile par tempérament, et s'accommodant mieux toutefois de l'empire arbitraire et même violent d'un prince que du gouvernement régulier et libre des principaux citoyens ; aujourd'hui l'ennemi déclaré de toute obéissance demain mettant a servir une sorte de passion que les nations les mieux douées pour la servitude ne peuvent atteindre ; conduit par un fil tant que personne ne résiste, ingouvernable dès que l'exemple de la résistance est donné quelque part ; trompant toujours ainsi ses maîtres, qui le craignent ou trop ou trop peu ; jamais si libre qu'il faille désespérer de l'asservir, ni si asservi qu'il ne puisse encore briser le joug; apte à tout, mais n'excellant que dans la guerre; adorateur du hasard, de la force, du succès, de l'éclat et du bruit, plus que de la vraie gloire; plus capable d'héroïsme que de Vertu, de génie que de bon sens, propre à concevoir d'immenses desseins plutôt qu'à parachever de grandes entreprises ; la plus brillante et la plus dangereuse des nations de l'Europe, et la mieux faite pour y devenir tour à tour un objet d'admiration, de haine, de pitié, de terreur, mais jamais d'indifférence ?

    Elle seule pouvait donner naissance à une révolution si soudaine, si radicale, si impétueuse dans son cours, et pourtant si pleine de retours, de faits contradictoires et d'exemples contraires. Sans les raisons que j'ai dites, les Français ne l'eussent jamais faite ; mais il faut reconnaître que toutes ces raisons ensemble n'auraient pas réussi pour expliquer une révolution pareille ailleurs qu'en France.

    Me voici parvenu jusqu'au seuil de cette révolution mémorable ; cette fois je n'y entrerai point : bientôt peut-être pourrai-je le faire. Je ne la considérerai plus alors dans ses causes, je l'examinerai en elle-même, et j'oserai enfin juger la société qui en est sortie.

    Nous sommes un pays complexe, singulier, difficile à comprendre, pour/par nous mêmes, et plus encore par beaucoup d'autres, y compris nos amis étatsuniens auxquels Tocqueville l'écrit à maintes reprises, et je repense à de Gaulle raccompagnant Dobrinyn venu menacer de déclencher des attaques nucléaires lors de la crise de Cuba et lui disant : "Eh bien, nous mourrons ensemble!". Je me souviens de son discours de Phnom Pen expliquant l'aberration de la guerre américaine au Vietnam, je repense également à la visite de Chirac aux Etats-Unis, le 18 septembre, une semaine après la destruction des Twin Towers; il était le premier chef d'Etat étranger à aller apporter son soutien au pays pour l'indépendance duquel nous avions combattu avec La Fayette . (à propos, avez-vous vu Obama?)...

    Il faut dire que nous en fûmes remerciés ; après le discours flamboyant de de Villepin à l'ONU, Condoleezza Rice déclara : « Il faut punir la France, ignorer l'Allemagne, et pardonner à la Russie » Et Dieu sait qu'ils ne nous ont pas oubliés, regardez le carnet des ventes de nos Rafales... 

    Maintenant il nous faut tenter de nous montrer à la hauteur de notre sursaut et suivre notre pente, mais comme le disait l'un de nous grands écrivains: "suivre sa pente pourvu que ce soit en montant!"

  • Que ce sursaut ne soit pas qu'un début

    Les attentats criminels qui viennent de se dérouler nous interpellent et font réagir la Nation.

    Depuis quarante ans les "élites" autoproclamées ont laissé s’installer un déclin généralisé par manque de courage politique : « tout va bien » « tout ne va pas si mal » « les fondamentaux sont bons »…

    Pendant les quarante années où j’ai enseigné j’ai vu les «(ir)responsables » nous contraindre à admettre l’inadmissible, par lâcheté ... et d’abandon en abandon on en arrive à des situations ingérables.

    Mais on a vu aussi la France de désindustrialiser de façon dramatique, les campagnes se vider, alors que le mot d’ordre des "élites" était finalement : « prends l’oseille et tire toi »  - dirigeants de grandes entreprises privées ou publiques, titulaires de comptes dans les paradis fiscaux… La liste serait trop longue...

     Nous avons touché le fond, nos valeurs ont abandonnées, sacrifiées.

    Jeannette Boughrab, fille de harki, ces hommes vis-à-vis desquels la France s’est si mal comportée, compagne de Charb a crié sa révolte, une révolte prémonitoire, voici des mois; il faut l'écouter, la lire!

    Capture d’écran 2015-01-11 à 17.12.54.png"J'ai peur que cette France ne soit bientôt plus la France. Je suis tétanisée à l'idée que, demain, je pourrais ne plus être libre de penser, de dire ce que je veux, de blasphémer.» Ne supportant plus le «politiquement correct» des élites qui répètent que «tout va bien», elle redoute «la première conséquence de cet aveuglement, de ce déni de la réalité» : «L'installation définitive des partis extrêmes en France

     

     

    La France a déjà connu dans son histoire maints moments de déclin et de honte; elle a su également le relever. Faisons en sorte que ce soit encore le cas. L'ampleur de la manifestation qui se déroule nous invite à espérer. 

    La réaction aux crimes qui viennent de se dérouler constitue un gigantesque mouvement de ressaisissement. Comment faire pour que ce ne soit pas qu’un feu de paille, comment faire pour reconstruire un nouveau contrat social, une Nouvelle Société, plus juste, qui puisse exclure de son sein toutes les formes putrides qui tuent le corps social.

     Ce qui arrive n’est pas un accident, mais une conséquence, le résultat de dérives multiples qui forment une masse critique qui engendre ces explosions de haine.

    La Nation, l’Etat, le Peuple, ne sont pas responsables de tout. Le problème est international et certaines dimensions nous échappent, mais nous sommes responsables de la défense de nos valeurs. Ces valeurs des Lumières qui sont, disait Tocqueville, la reprise laïcisée des valeurs du christianislme originel.

    La Nation se relève, se redresse, qu’elle porte bien haut ses exigences vis-à-vis d’elle-même, vis-à-vis de ses membres et qu’elle n’accepte plus, que nous n’acceptions plus l'inacceptable.

    On peut en profiter pour relire et tirer la substantifique moelle de la fin du discours de Tocqueville demandant le 30 mai 1845, l’abolition totale et immédiate de l’esclavage rappelant comment la France connaissait ce grands moments d’alternance, ces moments de faiblesse pendant lesquels elle perd ses valeurs , cette France qui fait soumission (beau programme !!) et ceux où elle se relève et déclare que ses valeurs ne sont pas négociables :

           colloque.jpg                                                 

    Et remarquez-le, Messieurs, non seulement l'abolition de l'esclavage, l'idée de l'abolition de l'esclavage, cette grande et sainte idée est sortie du fond même de l'esprit moderne français ; mais bien plus, vous la voyez se saisir plus ou moins de l'esprit de la nation, suivant que la nation elle-même sent plus ou moins raviver ou s'éteindre dans son cœur les grands principes de la Révolution.     .           .

    Ainsi, en 1789, par exemple, au même moment où la liberté se fonde en France, on demande la liberté pour les esclaves des colonies.

    En 1800, au contraire, lorsque la liberté expire en France, on replonge les esclaves dans les fers aux colonies.   

    La Restauration arrive. Le Gouvernement a le malheur de se montrer hostile aux principes de la Révolution, il s'unit intimement aux maîtres d'esclaves. Mais l'opinion libérale, l'opinion    qui a fait la Révolution de Juillet, l'opinion qui vous a faits  ce que vous êtes, prend le parti des Noirs à mesure que les idées libérales gagnent du terrain en France, les idées qui doivent ramener la liberté aux esclaves des colonies se développent.

    La Révolution de Juillet a lieu, et aussitôt la traite cesse, les hommes de couleur arrivent à l'indépendance.       

    Ainsi, non seulement cette grande idée que je cherche  si incomplètement, je le sens, à défendre à cette tribune, dont je ne suis en ce moment que le faible champion, mais qui sera, j'ose le dire, toujours plus grande que celui, quel qu'il soit, qui parlera d'elle ; cette grande idée n'est pas seulement votre propriété, elle n'est pas seulement parmi les idées mères de votre Révolution, mais elle vit ou elle meurt dans vos cœurs, suivant qu'on y voit vivre ou renaître tous les sentiments élevés, tous les nobles instincts que votre Révolution a développés, ces nobles instincts par lesquels vous avez fait tout ce que vous avez accompli de grand dans le monde, et sans lesquels, je ne crains pas de le dire, vous ne ferez rien et vous ne serez rien.

      Vous pouvez, grâce à ce lien, écouter l'entretien avec Abdelawab Meddeb à propos de mon livre: "Tocqueville, notes sur le Coran et autres textes sur les religions" dont le texte est mis en ligne sur le site des univesrités quebécoises (www.uqac....)

  • A propos de l'émission d'Enthoven sur Tocqueville

    Tocqueville n'était pas athée mais agnostique

    Il est toujours intéressant d’écouter une émission consacrée à Tocqueville, elles ne sont pas si nombreuses et Raphaël Enthoven est celui qui a fait le plus en la matière. Dans chacune il prend soin de préciser que Tocqueville n’était pas cartésien bien qu’il connût les textes de l’auteur du Discours de la Méthode auquel il fait allusion dans la seconde Démocratie par le biais du pragmatisme cartésien des Américains.

    Le fait est tellement avéré, la problématique de l’un et celle de l’autre étant effectivement irréductibles, la rupture des Lumières et de la Révolution et le surgissement démocratique faisant apparaître deux visions du monde si étrangères l’une à l’autre que le rappel de l’hétérogénéité des deux approches philosophiques est sans doute superflu.

    Enthoven est bien inspiré de souligner la relation étroite liant le milieu familial de Tocqueville sa vie et sa pensée ; et il faudrait ajouter à son action, pensée et action étant chez lui inséparables. Itinéraire platonicien de la sphère des idées  au monde sublunaire, de l’analyse du surgissement inéluctable de la démocratie au combat politique pour l’instauration d’une République équilibrée. Tout ceci  a fait de sa vie, on le verra bientôt dans un livre à paraître en février prochain, un véritable roman.

    Dans son émission, Raphaël Enthoven prend appui, à juste titre, sur des données biographiques mais il devrait veiller à plus d’exactitude.

    Contrairement à ce qu’il affirme, Hervé de Tocqueville, père d’Alexis, n’a pu voter l’abolition des privilèges… Il eût fallu qu’il appartînt au corps des représentants de la noblesse le 4 août 1789 ; ce n’est pas le cas, il n’avait alors que dix-sept ans, depuis la veille !

    Il affirme également, et cette fois à juste titre, qu’il est important de considérer les rapports de Tocqueville avec la religion. Celui-ci considérant que le doute est l’un des pires maux pour l’individu comme pour la société affirme dans la seconde Démocratie (1840) : « Pour moi, je doute que l’homme puisse jamais supporter à la fois une complète indépendance religieuse et une entière liberté politique ; et je suis porté à penser que, s’il n’a pas de foi, il faut qu’il serve, et, s’il est libre, qu’il croie... Je ne sais cependant si cette grande utilité des religions n’est pas plus visible encore chez les peuples où les conditions sont égales, que chez tous les autres.»

    Raphaël Enthoven cite à l’appui de son argumentation la lettre qu’Alexis adressa le 26 février 1857, à Mme de Swetchine, une émigrée russe de grande qualité, convertie au catholicisme et qui faisait un peu office de directeur de conscience dans un milieu spiritualiste parisien. Les deux correspondants n’avaient plus qu’un an à vivre, pour l’une, deux pour l’autre. Dans cette lettre Alexis fait un aveu unique, jamais il n’a dit à personne comment plus de trente-cinq ans auparavant, en 1821, il avait alors seize ans, un doute absolu s’est emparé de lui. Il a connu alors une crise existentielle qui ne l’a jamais vraiment quitté depuis. Il a perdu alors la foi de son enfance, perte irréparable et jamais comblée, même à la veille de sa mort.

    Mais Raphaël Enthoven ajoute que « les descendants d’Alexis ont voulu faire disparaître » cette lettre.Capture d’écran 2015-01-06 à 16.15.35.png

    Affirmation entièrement fausse.

    Tocqueville et sa femme n’ont pas eu d’enfants, la seule descendance familiale  est celle d’Edouard, son frère, c’est à dire ses neveux, petits-neveux et arrière petits neveux… Qui ont ouvert très largement la correspondance et les documents d’Alexis rendus entièrement accessibles au public aujourd’hui, ce dont il faut les remercier vivement car c’est loin d’être toujours le cas.

    Capture d’écran 2015-01-06 à 17.00.54.pngQuant à l’existence de la lettre d’Alexis à Mme de Swetchine, elle n’était connue que par Marie, femme d’Alexis, Falloux, Gustave de Beaumont, son collègue et ami intime, et la femme de celui-ci, Clémentine, La petite fille de La Fayette. Tous voulaient conserver ce document d’une importance capitale, sauf Marie, qui préparait avec Beaumont la première édition des œuvres complètes et exigea la destruction du document afin de préserver l’image d’Alexis qu’elle entendait faire passer à la postérité. Il fallut s’exécuter, heureusement, Clémentine de Beaumont avait fait, manifestement sans rien en dire, une copie de cette lettre que Rédier découvrit dans ses archives et révéla en 1926.

    A partir du texte de cette lettre, Rafael Enthoven affirme que Tocqueville ne croyait plus en Dieu, qu’il était athée, même si le mot ne figure pas/plus dans le podcast de l’émission. Une fois encore, l’affirmation n’est pas conforme à ce que nous apprend la biographie de Tocqueville.

    Certes il a perdu la foi de son enfance, certes il n’admet plus le contenu des dogmes, au premier rang desquels celui du péché originel. Il l’écrit à l’abbé Lesueur, son vieux précepteur lorsqu’il a appris qu’Alexis n’a pas fait ses Pâques : Je crois ; mais je ne puis pratiquer, la phrase a horrifié son vieil ami, il le lui dit dans sa réponse, le 8 septembre 1824.

    Capture d’écran 2015-01-06 à 16.39.06.pngAlexis a perdu la foi de son enfance, le doute ne le quitte pas, il est essentiellement agnostique, au sens premier du mot, mais être agnostique ce n’est pas être athée. Tocqueville affirme toujours, sans exception aucune, être assuré de l’existence de Dieu et de l’immortalité de l’âme, mais la nature même de ces éléments est de l’ordre du mystère et demeure totalement insondable ; l’homme n’en peut rien connaître, nul ne peut voir le visage de Dieu sans mourir.

    Le croyant possède l’assurance de sa foi et de son contenu, celui qui n’a pas la foi demeure dans un doute insondable. Telle est l’expérience existentielle de Tocqueville depuis ses seize ans jusqu’à la veille de sa mort. En 1843, il écrit à Gobineau : « Je ne suis pas croyant (ce que je suis loin de dire pour me vanter) mais tout incroyant que je sois, je n’ai jamais pu me défendre d’une émotion profonde en lisant l’Évangile". 

     

     

    Capture d’écran 2015-01-06 à 16.11.19.png Tocqueville n’est pas croyant dans la mesure où le Credo lui échappe ; mais pourtant, parlant du catholicisme, il dit : « la religion que je professe », mais c’est là une vérité sociale, sociologique : vivre et mourir dans la religion dans laquelle j’ai été élevé !...

    Mais son ami Corcelle, ancien Carbonaro, néo converti, voit plutôt en lui un protestant, et ce qui n’est pas pour lui un compliment ; Morichini, légat du pape, fait de même !

    En fait, Tocqueville est plus chrétien, admirateur du christianisme originel, que catholique.  Ses textes de références sont ceux des Béatitudes et l’épître aux Galates qui « inventent », avant les Lumières, les valeurs d’humanité, d’égalité et d’universalisme : le christianisme est le grand fond de la morale moderne, il opère un renversement des valeurs. Les Lumières n’ont fait qu’opérer une reprise laïcisée des valeurs d’universalité et d’humanité mises en place par le christianisme originel :

    « Il fallut que Jésus-Christ vînt sur la terre pour faire comprendre que tous les membres de l'espèce humaine étaient naturellement semblables et égaux. » (Seconde Démocratie, I, ch. 3)

    Il écrit à Gobineau le 5 septembre 1843 : « Le christianisme me paraît avoir fait une révolution ou, si vous l’aimez mieux, un changement très considérable dans les idées relatives aux devoirs et aux droits, idées qui sont, en définitive, la matière de toute science morale.

    Le christianisme ne créa pas précisément des devoirs nouveaux ou en d’autres termes des vertus entièrement nouvelles ; mais il changea la position relative qu’occupaient entre elles les vertus. Les vertus rudes et à moitié sauvages étaient en tête de la liste ; il les plaça à la fin. Les vertus douces, telles que l’humanité, la pitié, l’indulgence, l’oubli même des injures, étaient des dernières ; il les plaça avant toutes les autres. Premier changement.

    Le champ des devoirs était limité. Il l’étendit. Il n’allait guère plus loin que les concitoyens. Il y fit entrer tous les hommes. Il renfermait principalement les maîtres ; il y introduisit les esclaves. Il mit dans un jour éclatant l’égalité, l’unité, la fraternité humaine. Second changement. »

    Quelques temps après sa lettre à Mme de Swetchine, il écrit à son ami le philosophe Bouchitté : « J’aurais eu un goût passionné pour les études philosophiques […] [mais] Ces idées conduisent aisément jusqu’à la croyance d’une cause première, qui reste tout à la fois évidente et inconcevable ; à des lois fixes que le monde physique laisse voir et qu’il faut supposer dans le monde moral ; à la providence de Dieu, par conséquent à sa justice ; à la responsabilité des actions de l’homme, auquel on a permis de connaître qu’il y a un bien et un mal, et, par conséquent, à une autre vie… » (O.C., (Bmt), t. 7, 1864, p. 475-477.)

    On aura saisi, je pense, que la question de la religion tenant un rôle capital dans l’œuvre de Tocqueville, il convient de l’aborder avec sérieux et rigueur.

    Jean-Louis Benoît

  • Pour Dieu, changez l'esprit du gouvernement, car, je vous le répète, cet esprit-là vous (nous) conduit à l'abîme

    L'argumentaire développé pour défendre le niveau de rémunération prévu pour Proglio repose sur cette évidence, soulignée par Copé, qu'il faut payer les grands managers à leur prix, au prix du marché,

    car ces gens-là... ça n'a pas de prix!

    Il est vrai que les gens de "l'élite" de la nation nous ont coûté bien cher.

    Avant la Révolution les aristocrates considéraient, après Boulainvilliers qu'ils descendaient d'une autre origine, des guerriers germains venus de Franconie, ce qui amena l'abbé Siéyès, devenu laïc et représentant du peuple à leur proposer de retourner dans leurs forêts de Franconie.

    Aujourd'hui disons "chiche!" à tous ces impayables que le monde entier nous envie. Qu'ils partent à l'étranger et n'en reviennent pas, qu'ils renoncent à leur citoyenneté française, de même que tous ces pauvres exilés de l'impôt, ces amis de Monsieur et du Fouquet'simages.jpegimages.jpeg

    "Pourquoi (le peuple) ne renverrait-il pas dans les forêts de la Franconie toutes ces familles qui conservent la folle prétention d’être issues de la race des conquérants et d’avoir succédé à leurs droits ?"

    Voyons ce que dit Obama :

    «Je suis déterminé a récupérer chaque centime dû au peuple américain et ma détermination ne peut être que renforcée lorsque je vois les profits énormes et les bonus obscènes dans les sociétés mêmes qui doivent leur survie au peuple américain, lequel continue de souffrir de la récession»images.jpeg

    Et relisons le discours que Tocqueville prononce à la Chambre, un mois jour pour jour avant le déclenchement de la révolution de 1848 parce que le pouvoir en place, par son immoralité, par l'égoïsme d'une classe qui détenait, comme aujourd'hui, tous les pouvoirs économiques et financiers, amenait naturellement à la révolution.

    Identité de situation? Même pas, la situation actuelle est encore pire puisque tout est entre les mains d'une Nomenklatura bornée et cupide!

    DISCOURS PRONONCÉ

    À LA CHAMBRE DES DEPUTES,

    LE. 27 JANVIER 1848,

    DANS LA DISCUSSION DU PROJET D'ADRESSE

    EN RÉPONSE AU DISCOURS

    DE LA COURONNE

     

    M. de Tocqueville : Mon intention n'est pas de continuer la discussion particulière qui est commencée. Je pense qu'elle sera reprise d'une manière plus utile lorsque nous aurons à discuter ici la loi des prisons. Le but qui me fait monter à cette tribune est plus général.

    Le paragraphe 4, qui est aujourd'hui en discussion, appelle naturellement la Chambre à jeter un regard général sur l'ensemble de la politique intérieure, et particulièrement sur le côté de la politique intérieure qu'a signalé et auquel se rattache l'amendement déposé par mon honorable ami, M. Billault.

    C'est cette partie de la discussion de l'adresse que je veux présenter à la Chambre.

    Messieurs, je ne sais si je me trompe, mais il me semble que l'état actuel des choses, l'état actuel de l'opinion, l'état des esprits en France, est de nature à alarmer et à affliger. Pour mon compte, je déclare sincèrement à la Chambre que, pour la première fois depuis quinze ans j'éprouve une certaine crainte pour l’avenir; et ce qui me prouve que j'ai raison, c'est que cette impression ne m'est pas particulière : je crois que je puis en appeler à tous ceux qui m'écoutent, et que tous me répondront que, dans les pays qu'ils représentent, une impression analogue subsiste; qu'un certain malaise, une certaine crainte a envahi les esprits; que, pour première fois peut-être depuis seize ans, le sentiment, l'instinct de l'instabilité, ce sentiment précurseur des révolutions, qui souvent les annonce, qui quelquefois les fait naître, que ce sentiment existe à un degré très grave dans le pays.

    Si j'ai bien entendu ce qu'a dit l'autre jour en finissant M. le ministre des Finances, le cabinet admet lui-même la réalité de l'impression dont je parle; mais il l'attribue à certaines causes particulières, à certains accidents récents de la vie politique, à des réunions qui ont agité les esprits, à des paroles qui ont excité les passions.

    Messieurs, je crains qu'en attribuant le mal qu'on confesse aux causes qu'on indique, on ne s'en prenne pas à la maladie, mais aux symptômes. Quant à moi, je suis convaincu que la maladie n'est pas là ; elle est plus générale et plus profonde. Cette maladie, qu'il faut guérir à tout prix, et qui, croyez-le bien, nous enlèvera tous entendez-vous bien, si nous n'y prenons garde, c’est l'état dans lequel se trouvent l'esprit public, les mœurs publiques. Voilà où est la maladie ; c'est sur ce point que je veux attirer votre attention. Je crois que les mœurs publiques, l'esprit public sont dans un état dangereux ; je crois, de plus, que le gouvernement a contribué et contribue de la manière la plus grave à accroître ce péril. Voilà et qui m'a fait monter à la tribune.images.jpeg

    Si je jette, Messieurs, un regard attentif sur la classe qui gouverne, sur la classe qui a des droits politiques, et ensuite sur celle qui est gouvernée, ce qui se passe dans l'une et dans l'autre m'effraye et 
m'inquiète. Et pour parler d'abord de ce que j'ai appelé la classe qui gouverne (remarquez que je prends ces mots dans leur acception la plus générale : je ne parle pas seulement de la classe moyenne, mais de tous les citoyens, dans quelque position qu'ils soient, qui possèdent et exercent des droits politiques); je dis donc que ce qui existe dans la classe qui gouverne m'inquiète et m’effraie. Ce que j'y vois, messieurs, je puis l’exprimer par un mot: les mœurs publiques s'y altèrent, elles y sont déjà profondément altérées; elles s'y altèrent de plus en plus tous les jours; de plus en plus, aux opinions, aux sentiments, aux idées communes, succèdent des intérêts particuliers, des visées particulières, des points de vue empruntés à la vie et à
 l'intérêt privés.

    Mon intention n'est point de forcer la Chambre à s'appesantir, plus qu'il n'est nécessaire, sur ces tristes détails; je me bornerai à
m'adresser à mes adversaires eux-mêmes, à mes collègues de la majorité ministérielle. Je les prie de faire pour leur propre usage une sorte de revue statistique des collèges électoraux qui les ont envoyés dans cette Chambre; qu'ils composent une première catégorie de ceux qui ne votent pour eux que par suite, non pas d'opinions
 politiques, mais de sentiments d'amitié particulière ou de bon voisinage. Dans une seconde catégorie, qu'ils mettent ceux qui votent pour eux, non pas dans un point de vue d'intérêt public ou d'intérêt général, mais dans un point de vue d'intérêt purement local. À cette seconde catégorie, qu'ils en ajoutent une troisième composée de ceux qui votent pour eux, pour des motifs d'intérêt purement individuels, et je leur demande si ce qui reste est très nombreux ; je leur demande si ceux qui votent par un sentiment public désintéressé par suite
 d'opinions, de passions publiques, si ceux-là forment la majorité des électeurs qui leur ont conféré le mandat de député ; je m’assure qu’ils découvriront aisément le contraire. Je me permettrai encore de leur demander si, à leur connaissance, depuis cinq ans, dix ans, le nombre de ceux qui votent pour eux par suite d'intérêts personnels et particuliers, ne croît pas sans cesse; si le nombre de ceux qui votent pour eux par opinion publique ne décroît pas sans cesse? Qu'ils me disent enfin, si, autour d'eux, sous leurs yeux, il ne s'établit pas peu à peu, dans l'opinion publique, une sorte de tolérance singulière pour les faits dont je parle, si, peu à peu, il ne se fait pas une sorte de morale vulgaire et basse, suivant laquelle l'homme qui possède des droits politiques se doit à lui-même, doit à ses enfants, à sa femme, à ses parents, de faire un usage personnel de ces droits dans leur intérêt si cela ne s'élève pas graduellement jusqu’à devenir une espèce de devoir de père de famille? Si cette morale nouvelle, inconnue dans les grands temps de notre histoire, inconnue au commencement de notre Révolution, ne se développe pas de plus en plus, et n'envahit pas chaque jour les esprits? Je le leur demande.images.jpeg

    Or, qu'est-ce que tout cela, sinon une dégradation successive et profonde, une dépravation de plus en plus, complète des mœurs publiques?

    Et si, passant de la vie publique à la vie privée, je considère ce qui s'y passe, si je fais attention à tout ce dont vous avez été témoins, particulièrement depuis un an, à tous ces scandales éclatants, à tous ces crimes, à toutes ces fautes, à tous ces délits, à tous ces vices extraordinaires que chaque circonstance a semblé faire apparaître de toutes parts, que chaque instance judiciaire révèle; si je fais attention à tout cela, n'ai-je pas lieu d'être effrayé? N'ai-je pas raison de dire que ce ne sont pas seulement chez nous les mœurs publiques qui s'altèrent, mais que ce sont les mœurs privées qui se dépravent? (Dénégations au centre.)

    Et remarquez, je ne dis pas ceci à un point de vue de moraliste, je le dis à un point de vue politique ; savez-vous quelle est la cause générale, efficiente, profonde, qui fait que les mœurs privées se dépravent? C'est que les mœurs publiques s'altèrent. C'est parce que la morale ne règne pas dans les actes principaux de la vie, qu'elle ne descend pas dans les moindres. C'est parce que l'intérêt a remplacé dans la vie publique les sentiments désintéressés, que l'intérêt fait la loi dans la vie privée.

    On a dit qu'il y avait deux morales : une morale politique et une morale de la vie privée. Certes, si ce qui se passe parmi nous est tel que je le vois, jamais la fausseté d'une telle maxime n'a été prouvée d'une manière plus éclatante et plus malheureuse que de nos jours. Oui, je le crois, je crois qu'il se passe dans nos mœurs privées quelque chose qui est de nature à inquiéter, à alarmer les bons citoyens, et je crois que ce qui se passe dans nos mœurs privées tient en grande partie à ce qui arrive dans nos mœurs publiques. (Dénégations au centre,)

    Eh ! messieurs, si vous ne m'en croyez pas sur ce point, croyez-en au moins l'impression de l'Europe. Je pense être aussi au courant que personne de cette Chambre de ce qui s'imprime, de ce qui se dit sur nous en Europe.

    Eh bien! je vous assure dans la sincérité de mon cœur, que je suis non seulement attristé, mais navré de ce que je lis et de ce que j'entends tous les jours; je suis navré quand je vois le parti qu'on tire contre nous des faits dont je parle, les conséquences exagérées qu'on en fait sortir contre la nation tout entière, contre le caractère national tout entier; je suis navré quand je vois à quel degré la puissance de la France s'affaiblit peu à peu dans le monde; je suis navré quand je vois que non seulement la puissance morale de la France s'affaiblit...

    M. Janvier : Je demande la parole. (Mouvement.)

    M. de Tocqueville : ... mais la puissance de ses principes, de ses idées, de ses sentiments.

    La France avait jeté dans le monde, la première, au milieu du fracas du tonnerre de sa première révolution, des principes qui, depuis, se sont trouvés des principes régénérateurs de toutes les sociétés modernes. C'a été sa gloire, c'est la plus précieuse partie d'elle-même. Eh bien! Messieurs, ce sont ces principes-là que nos exemples affaiblissent aujourd'hui. L'application que nous semblons en faire nous-mêmes fait que le monde doute d'eux. L'Europe qui nous regarde commence à se demander si nous avons eu raison ou tort; elle se demande si, en effet, comme nous l'avons répété tant de fois, nous conduisons les sociétés humaines vers un avenir plus heureux et plus prospère, ou bien si nous les entraînons à notre suite vers les misères morales et la ruine. Voilà, Messieurs, ce qui me fait le plus de peine dans le spectacle que nous donnons au monde. Non seulement il nous nuit, mais il nuit à nos principes, il nuit à notre cause, il nuit à cette patrie intellectuelle à laquelle, pour mon compte, comme Français, je tiens plus qu'à la patrie physique et matérielle, qui est sous nos yeux. (Mouvements divers.)

    Messieurs, si le spectacle que nous donnons produit un tel effet vu de loin, aperçu des confins de l'Europe, que pensez-vous qu'il produise, en France même, sur ces classes qui n'ont point de droits, et qui, du sein de l'oisiveté politique à laquelle nos lois les condamnent, nous regardent seuls agir sur le grand théâtre où nous sommes? Que pensez-vous que soit l'effet que produise sur elles un pareil spectacle?

    Pour moi, je m'en effraye. On dit qu'il n'y a point de péril, parce qu'il n'y a pas d'émeute ; on dit que, comme il n'y a pas de désordre matériel à la surface de la société, les révolutions sont loin de nous.

    Messieurs, permettez-moi de vous dire que je crois que vous vous trompez. Sans doute, le désordre n'est pas dans les faits, mais il est entré bien profondément dans les esprits. Regardez ce qui se passe au sein de ces classes ouvrières qui, aujourd'hui, je le reconnais, sont tranquilles. Il est vrai qu'elles ne sont pas tourmentées par les passions politiques proprement dites, au même degré où elles en ont été tourmentées jadis; mais ne voyez-vous pas que leurs passions, de politiques, sont devenues sociales? Ne voyez-vous pas qu'il se répand peu à peu dans leur sein des opinions, des idées, qui ne vont point seulement à renverser telles lois, tel ministère, tel gouvernement même, mais la société, à l'ébranler sur les bases sur lesquelles elle repose aujourd'hui? N'écoutez-vous pas ce qui se dit tous les jours dans leur sein? N'entendez-vous pas qu'on y répète sans cesse que tout ce qui se trouve au-dessus d'elles est incapable et indigne de les gouverner; que la division des biens faite jusqu'à présent dans le monde est injuste; que la propriété repose sur dès bases qui ne sont pas les bases équitables? Et ne croyez-vous pas que, quand de telles opinions prennent racine, quand elles se répandent d'une manière presque générale, quand elles descendent profondément dans les masses, elles doivent amener tôt ou tard, je ne sais pas quand, je ne sais comment, mais elles doivent amener tôt ou tard les révolutions les plus redoutables ?

    Telle est, Messieurs, ma conviction profonde ; je crois que nous nous endormons à l'heure qu'il est sur un volcan (Réclamations), j'en suis profondément convaincu. (Mouvements divers.)

    Maintenant permettez-moi de rechercher en peu de mots devant vous, mais avec vérité et une sincérité complète, quels sont les véritables auteurs, les principaux auteurs du mal que je viens de chercher à décrire?

    Je sais très bien que les maux de la nature de ceux dont je viens de parler ne découlent pas tous, peut-être même principalement, du fait des gouvernements. Je sais très bien que les longues révolutions qui ont agité et remué si souvent le sol de ce pays ont dû laisser dans les âmes une instabilité singulière; je sais très bien qu'il a pu se rencontrer dans les passions, dans les excitations des partis, certaines causes secondaires, mais considérables, qui peuvent servir à expliquer le phénomène déplorable que je vous faisais connaître tout à l'heure; mais j'ai une trop haute idée du rôle que le pouvoir joue dans ce monde pour ne pas être convaincu que, lorsqu'il se produit un très grand mal dans la société, un grand mal politique, un grand mal moral, le pouvoir n'y soit pas pour beaucoup.

    Qu'a donc fait le pouvoir pour produire le mal que je viens de vous décrire? Qu'a fait le pouvoir pour amener cette perturbation profonde dans les mœurs publiques, et ensuite dans les mœurs privées? Comment y a-t-il contribué?

    Je crois, Messieurs, qu'on peut, sans blesser personne, dire que le gouvernement a ressaisi, dans ces dernières années surtout, des droits plus grands, une influence plus grande, des prérogatives plus considérables, plus multiples que celles qu'il avait possédées à aucune autre époque. Il est devenu infiniment plus grand que n'auraient jamais pu se l'imaginer, non seulement ceux qui l'ont donné, mais même ceux qui l'ont reçu en 1830. On peut affirmer, d'une autre part, que le principe de la liberté as reçu moins de développement que personne ne s'y serait attendu alors. Je ne juge pas l'événement, je cherche la conséquence. Si un résultat si singulier, si inattendu, un retour si bizarre des choses humaines, a déjoué de mauvaises passions, de coupables espérances, croyez-vous qu'à sa vue beaucoup de nobles sentiments, d'espérances désintéressées, n'aient pas été atteints; qu'il ne s'en soit pas suivi pour beaucoup de cœurs honnêtes une sorte de désillusionnement de la politique, un affaissement réel des âmes ?

    Mais c'est surtout la manière dont ce résultat s'est produit, la manière détournée, et jusqu'à un certain point subreptice, dont le résultat a été obtenu, qui a porté à la moralité publique un coup funeste. C'est en ressaisissant de vieux pouvoirs qu'on croyait avoir abolis en Juillet, en faisant revivre d'anciens droits qui semblaient annulés, en remettant en vigueur d'anciennes lois qu'on jugeait abrogées, en appliquant les lois nouvelles dans un autre sens que celui dans lequel elles avaient été faites, c'est par tous ces moyens détournés, par cette savante et patiente industrie que le gouvernement a enfin repris plus d'action, plus d'activité et d'influence qu'il n'en avait peut-être jamais eu en France en aucun temps.

    Voilà, messieurs, ce que le gouvernement a fait, ce qu'en particulier le ministère actuel a fait. Et pensez-vous, messieurs, que cette manière, que j'ai appelée tout à l'heure détournée et subreptice, de regagner peu à peu la puissance, de la prendre en quelque sorte par surprise, en se servant. d'autres moyens que ceux que la constitution lui avait donnés ; croyez-vous que ce spectacle étrange de l’adresse et du savoir-faire, donné publiquement pendant plusieurs années, sur un si vaste théâtre, à toute une nation qui le regarde, croyez-vous qu'un tel spectacle ait été de nature à améliorer les mœurs publiques?(...)

    Je vous disais tout à l'heure que ce mal amènerait tôt ou tard, je ne sais comment, je ne sais d'où elles viendront, mais amènerait tôt ou tard les révolutions les plus graves dans ce pays : soyez-en convaincus.

    Lorsque j'arrive à rechercher dans les différents temps, dans les différentes époques, chez les différents peuples, quelle a été la cause efficace qui a amené la ruine des classes qui gouvernaient, je vois bien tel événement, tel homme, telle cause accidentelle ou superficielle ; mais croyez que la cause réelle, la cause efficace qui fait perdre aux hommes le pouvoir, c'est qu'ils sont devenus indignes de le porter (Nouvelle sensation.)

    Songez, Messieurs, à l'ancienne monarchie; elle était plus forte que vous, plus forte par son origine ; elle s'appuyait mieux que vous sur d'anciens usages, sur de vieilles mœurs, sur d'antiques croyances; elle était plus forte que vous, et cependant elle est tombée dans la poussière. Et pourquoi est-elle tombée? Croyez-vous que ce soit par tel accident particulier? Pensez-vous que ce soit le fait de tel homme, le déficit, le serment du jeu de paume, Lafayette, Mirabeau? Non, Messieurs ; il y a une cause plus profonde et plus vraie, et cette cause c'est que la classe qui gouvernait alors était devenue, par son indifférence, par son égoïsme, par ses vices, incapable et indigne de gouverner. (Très bien! très bien!)

    Voilà la véritable cause.

    Eh! Messieurs, s'il est juste d'avoir cette préoccupation patriotique dans tous les temps, à quel point n'est-il pas plus juste encore de l'avoir dans le nôtre? Est-ce que vous ne ressentez pas, par une sorte d'intuition instinctive qui ne peut pas s'analyser, mais qui est certaine, que le sol tremble de nouveau en Europe? (Mouvement.) Est-ce que vous ne sentez pas... que dirai-je? un vent de révolutions qui est dans l'air ? Ce vent, on ne sait où il naît, d'où il vient, ni croyez-le bien, qui il enlève : et c'est dans de pareils temps que vous restez calmes en présence de la dégradation des mœurs publiques, car le mot n'est pas trop fort.

    Je parle ici sans amertume, je vous parle, je crois, même sans esprit de parti; j'attaque des hommes contre lesquels je n'ai pas de colère; mais enfin je suis obligé de dire à mon pays ce qui est ma conviction profonde et arrêtée. Eh bien! ma conviction profonde et arrêtée, c'est que les mœurs publiques se dégradent, c'est que la dégradation des mœurs publiques vous amènera, dans un temps court, prochain peut-être, à des révolutions nouvelles. Est-ce donc que la vie des rois tient à des fils plus fermes et plus difficiles à briser que celle des autres hommes? Est-ce que vous avez, à l'heure où nous sommes, la certitude d'un lendemain ? Est-ce que vous savez ce qui peut arriver en France d'ici à un an, à un mois, à un jour peut-être? Vous l'ignorez; mais ce que vous savez, c'est que la tempête est à l'horizon, c'est qu'elle marche sur vous ; vous laisserez-vous prévenir par elle? (Interruption au centre.)

    Messieurs, je vous supplie de ne pas le faire; je ne vous le demande pas, je vous en supplie; je me mettrais volontiers à genoux devant vous, tant je crois le danger réel et sérieux, tant je pense que le signaler n'est pas recourir à une vaine forme de rhétorique. Oui, le danger est grand! conjurez-le quand il en est temps encore; corrigez le mal par des moyens efficaces, non en l'attaquant dans ses symptômes, mais en lui-même.

    On a parlé de changements dans la législation. Je suis très porté à croire que ces changements sont non seulement utiles, mais nécessaires : ainsi je crois à l'utilité de la réforme électorale, à l'urgence de la réforme parlementaire; mais je ne suis pas assez insensé, Messieurs, pour ne pas savoir que ce ne sont pas les lois elles-mêmes qui font la destinée des peuples ; non, ce n'est pas le mécanisme des lois qui produit les grands événements de ce monde: ce qui fait les événements, Messieurs, c'est l'esprit même du gouvernement. Gardez les lois si vous voulez; quoique je pense que vous ayez grand tort de le faire, gardez-les; gardez même les hommes, si cela vous fait plaisir, je n'y fais, pour mon compte, aucun obstacle; mais, pour Dieu, changez l'esprit du gouvernement, car, je vous le répète, cet esprit-là vous conduit à l'abîme. (Vive approbation à gauche.)colloque.jpg

    (La droite comme la gauche oublient ou ignorent que de son élection, en 1839, à 1848, Tocqueville a siégé à gauche!)

     

  • Camus, Dostoievski et le Grand Inquisiteur

    images.jpegUne journée consacrée à Camus ; c'est bien peu, mais c'est la règle d'un jeu médiatique pour lequel il aurait eu bien du mépris. Je retiendrai toujours, entre autres ce qu'il dit de Pascal (à qui j'ai consacré mon Mémoire d'études supérieures que j'ai en l'honneur de soutenir devant Lucien Jerphagnon), de Dostoievski, de Nietzsche, du Christ ...

     

     

     

     

    Mais les petits inquisiteurs du temps, émules de Sartre, n'avaient que mépris pour ceux qui retrouvaient dans la lecture de Camus: "Philosophe pour les élèves de classes terminales" comme l'écrivit le sinistre Brochier avec son look de Petit Inquisiteur, ou de commissaire du peuple au service de Jean Solparte, et qui précise : «Camus incarne le mauvais goût des Français pour les idées simples, les bons sentiments sucrés, la philosophie Nutella, le consensus mou des années 90. Le Premier Homme, c'est le Petit Chose chez les pieds-noirs!».

    Camus ou Sartre?

    L'un était un humaniste, l'autre pas, l'un a été résistant, a toujours mis en premier l'éthique, l'autre, considérant qu'il ne fallait pas "désespérer Billancourt", demeura compagnon de route du P.C, aux pires moments.jean-jacques-brochier.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Camus et Sartre

    Pour l'un, l'idéologie justifiait qu'on se salît les mains, l'autre considérait qu'il n'avait pas à choisir entre des ignomies.

    Deux hommes, deux styles, deux tempéraments inconciliables!

     

    En cette journée consacrée à Camus, il peut être intéressant, pour dépasser le buzz médiatique - de relire sa dénonciation des Grands Inquisiteurs et imposteurs de tout poil qui mettent en jeu la paix, l'avenir de la planète et tous ceux qui, chefs d'Etats ou patrons des mafias économiques qui gouvernent le monde par l'intermédiaire de leurs lobbies, économiques, pétroléeo-militaro industriels interdisent de prendre le parti de l'Homme, dans la perspective essentiellement humaniste qui était la sienne.

    Je vous propose donc le texte suivant paru dans la revue Cause Commune:

     

    http://classiques.uqac.ca/contemporains/benoit_jean_louis/Dostoievski_camus/Dostoievski_camus.html

  • Retour du Québec

    P1050487_2.JPG
    Lors de leur périple nord-américain, Tocqueville et Beaumont poussèrent jusqu’à la frontière, Saguinaw Bay sur le lac Huron, qu’ils atteignirent le 26 juillet 1831, après avoir traversé « le désert », entendons ici, la "Wilderness", la grande forêt.
    "Ce voyage au bout du monde, l’expérience anthropologique particulièrement intéressante qu’il permet, se prête à la réflexion philosophique. La petite « colonie » (même si le terme est un peu impropre) qui vit là comporte une trentaine d’habitants et met en présence cinq groupes humains tout à fait différents : les Indiens, les métis, les Anglais et les Français, et les pionniers américains.
    Les métis nommés les Bois-Brûlé, sont généralement les fils de blancs d’origine française qui ont épousé une Indienne, fondé une famille et vivent de la chasse et de la vente des peaux. Leur rencontre se fit de façon surprenante Pour arriver à Saginaw, les voyageurs doivent traverser la rivière, le passeur que Tocqueville a pris pour un Indien lui dit soudain avec cet accent caractéristique, celui des Bas-Normands de son village
    : « N’allez pas trop vitement, y en a des fois ici qui s’y noient. » « Mon cheval m’aurait adressé la parole que je n’aurais pas, je crois, été plus surpris », ajoute Tocqueville. La surprise ne s’arrête pas là, le Bois-Brûlé se met soudain à chanter, là-bas, au bout du monde, à près de 6 000 kilomètres de Paris :
    « Entre Paris et Saint-Denis
    Il était une fille…
    »
    On serait surpris à moins ! Et le lendemain, nouvel étonnement : le métis était absent mais sa jeune femme, une Indienne, psalmodiait sur un air indien Les cantiques de la Providence !
    Quant aux Anglais et aux Français, leur proximité et leur cohabitation au bout du monde ne font qu’accentuer les contrastes entre deux types d’hommes, deux civilisations, deux façons d’envisager le monde et la vie. Le Français est avenant et cordial, volontiers casanier, mais il se montre capable de se soumettre aux conditions les plus rudes, de vivre avec les Indiens, ou près d’eux, d’assimiler leurs coutumes et même de prendre femme. L’Anglais, lui, est froid, tenace, argumentateur. Ce serait une illusion de croire que ce portrait moral est le fait d’un anglophobe convaincu, Tocqueville au contraire a toujours eu la plus grande considération envers les Anglais (et n’oublions pas que Marie Mottley est anglaise). À ces quatre spécimens d’humanité, il convient d’ajouter le plus important en ces lieux : l’Américain, l’homme nouveau, le pionnier".


    Ensuite, les deux amis voyagent pendant deux semaines (21 août – 3 septembre ) dans le Bas-Canada, de Montréal à Québec (où ils séjournent une semaine) et découvrent que leurs compatriotes, abandonnés par le traité de 1763, constituent une population vivace et attachante ; Tocqueville retrouve-là les descendants de ses chers compatriotes :
    ‘Laissons place pour commencer au témoignage donné par Alexis à sa belle-sœur Émilie : « Si jamais vous allez en Amérique, chère sœur, c’est là qu’il faut venir vous établir. Vous retrouverez vos chers Bas-Normands trait pour trait. Monsieur Gisles, madame Noél , j’ai vu tous ces gens-là dans les rues de Québec, les beaux du pays ressemblent à vos cousins de la…. j’ai oublié le nom, c’est à s’y méprendre et les paysans nous ont assuré qu’ils n’avaient jamais besoin d’aller à la ville parce que c’étaient les « créatures » qui se chargeaient de tisser et de faire leurs habits».’P1050638_2.JPG (Voir : Tocqueville, un destin paradoxal, Bayard 2005, p. 84-94)

    Ce fut donc un très grand plaisir, pour moi, d’aller, à la demande de mes amis philosophes et sociologues, donner cinq conférences sur Tocqueville dans les universités de Laval (Québec) et de Motréal (Uqàm), regrettant de ne pouvoir répondre à l’invitation de l’université d’Ottawa qui arriva hors délai en raison de la réservation de la compagnie aérienne.
    A la demande de mes amis Québécois, je mettrai le texte de ces communications en ligne afin que chacun puisse en prendre connaissance.
    Je reviendrai également sur l’état actuel de la société québécoise qui a remarquablement réussi sa « Révolution tranquille » et constitue un modèle de société multiculturelle et ethnique, apaisée et véritablement démocratique, ce dont on rêve comme d’ un « Paradis perdu » ; et fait très notable, dans cette société pacifiée, les forces de police apparaissent comme peu nombreuses ; mais ceci explique cela !

     

    Trois conférences à Québec

     

    images.jpeg

    M. Philip KNEE Faculté de Philosophie Bureau 426 Pavillon Félix-Antoine-Savard

    2325 rue des Bibliothèques Université Laval Québec QC G1V 0A6 Canada

    Conférence de Jean-Louis Benoît

    Les Ateliers de philosophie moderne et contemporaine dans le cadre du séminaire de Philip Knee (PHI-7201 – morale et politique) auront l'honneur d'accueillir Jean-Louis Benoît pour une conférence intitulée: « Tocqueville, religion et société », le lundi 5 octobre à 15h30, à la salle 413 du pavillon Félix-Antoine-Savard.

    P1050487_2.JPG

     

    ***

    Québec Cégep Sainte Foy

    Cégep4.png

    Conférence de Jean-Louis Benoît, mercredi 7 octobre

    "L'actualité de Tocqueville - une éthique du politique : la dénonciation du racisme, de l'esclavage et du génocide des Indiens, Démocratie et religion, individualisme démocratique et toute puissance de l'Etat, risques et enjeux de la démocratie moderne... et quelques éléments sur l'expérience québécoise de Tocqueville".

     

    ***

     

    simon Langlois.jpg

     

     

     


     


     

     

     

     

    images.jpeg

     

     

     

     

     

     

     

     

    ***

     

    Deux conférences à Montréal

    images.jpeg

    Jean-Louis Benoît – Démocratie et religion chez Tocqueville

    La Chaire UNESCO d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique,

    La Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie

    lancent une série de conférences conjointes sur les fondements de la démocratie moderne.

    Pour l'année 2009-2010, le thème retenu est : RELIGION ET POLITIQUE

    Vous êtes cordialement invités à la première conférence:Démocratie et religion chez Tocqueville

    Par Jean-Louis Benoît, Agrégé de l'Université,

    Docteur ès Lettres, Professeur des Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (e.r.)

    Mercredi 14 octobre, de 15h30 à 17h. - local D-R200 Avocat du diable : Yves Couture – UQAM -

    PUBLISHED IN: PHILOSOPHIE POLITIQUE TOCQUEVILLE UNESCO UQAM ON AT 9:21 PM LEAVE A COMMENT

    Cette conférence qui étudie les liens entre démocratie et religion chez le plus célèbre visiteur des États-Unis, Tocqueville, par un spécialiste de l'auteur, ouvre le séminaire conjoint sur les fondements de la démocratie moderne sur le thème en 2009-2010 de Religion et Politique.

    Unité responsable : Chaire UNESCO d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique

     

    ***

     

    Université du Québec à Montréal Séminaires 2009-2010 - Département de science politique -

     

    CONFÉRENCE - SÉMINAIRE DÉPARTEMENTALimages.jpeg

    1er Séminaire départemental

    La réception de Tocqueville en France aujourd’hui

    Conférencier :

    Jean-Louis Benoît

    Agrégé de l’Université, Docteur ès Lettres, Professeur des Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (e.r.)

    Président et commentateur :Yves Couture - Professeur, Département de science politique, UQAM -

    Jeudi 15 octobre 2009, 12h30 à 14h00 Local A-3316

     

     

  • que le pouvoir arrête le pouvoir

    images.jpegDisciple de Montesquieu, Tocqueville considère qu'il est absolument obligatoire que le pouvoir arrête le pouvoir, si l'on veut éviter le despotisme!images.jpeg

    Je pense donc qu'il faut toujours placer quelque part un pouvoir social supérieur à tous les autres, mais je crois la liberté en péril lorsque ce pouvoir ne trouve devant lui aucun obstacle qui puisse retenir sa marche et lui donner le temps de se modérer lui-même.images.jpeg

    La toute-puissance me semble en soi une chose mauvaise et dangereuse. Son exercice me paraît au-dessus des forces de l'homme, quel qu'il soit, et je ne vois que Dieu qui puisse sans danger être tout-puissant, parce que sa sagesse et sa justice sont toujours égales à son pouvoir. Il n'y a donc pas sur la terre d'autorité si respectable en elle-même, ou revêtue d'un droit si sacré, que je voulusse laisser agir sans contrôle et dominer sans obstacles. Lors donc que je vois accorder le droit et la faculté de tout faire à une puissance quelconque, qu'on l'appelle peuple ou roi, démocratie ou aristocratie, qu'on l'exerce dans une monarchie ou dans une république, je dis: là est le germe de la tyrannie, et je cherche à aller vivre sous d'autres lois.images.jpeg

    Ce que je reproche le plus au gouvernement démocratique, tel qu'on l'a organisé aux États-Unis, ce n'est pas, comme beaucoup de gens le prétendent en Europe, sa faiblesse, mais au contraire sa force irrésistible. Et ce qui me répugne le plus en Amérique, ce n'est pas l'extrême liberté qui y règne, c'est le peu de garantie qu'on y trouve contre la tyrannie.

    Lorsqu'un homme ou un parti souffre d'une injustice aux États-Unis, à qui voulez-vous qu'il s'adresse ? À l'opinion publique ? c'est elle qui forme la majorité; au corps législatif ? il représente la majorité et lui obéit aveuglément; au pouvoir exécutif ? il est nommé par la majorité et lui sert d'instrument passif; à la force publique ? la force publique n'est autre chose que la majorité sous les armes; au jury ? le jury, c'est la majorité revêtue du droit de prononcer des arrêts: les juges eux-mêmes, dans certains États, sont élus par la majorité. Quelque inique ou déraisonnable que soit la mesure qui vous frappe, il faut donc vous y soumettre .

    Supposez, au contraire, un corps législatif composé de telle manière qu'il représente la majorité, sans être nécessairement l'esclave de ses passions; un pouvoir exécutif qui ait une force qui lui soit propre, et une puissance judiciaire indépendante des deux autres pouvoirs; vous aurez encore un gouvernement démocratique, mais il n'y aura presque plus de chances pour la tyrannie.images.jpeg

    Je ne dis pas que dans le temps actuel on fasse en Amérique un fréquent usage de la tyrannie, je dis qu'on n'y découvre point de garantie contre elle, et qu'il faut y chercher les causes de la douceur du gouvernement dans les circonstances et dans les mœurs plutôt que dans les lois.images.jpeg

    De la démocratie en Amérique, 1835,2e partie, ch. VII.

  • La démocratie, l’Eglise et l’Etat…relire Tocqueville

     

    Voici ce que je viens de trouver sur un site UMP : http://catholiques-ump.typepad.fr/catholiques_de_lump/

    On se rappelle sans doute que depuis quelque temps, aussi bien Sarkozy que Benoît XVI ont cru bon de faire appel à Tocqueville lui-même pour justifier leur appel à une laïcité positive ; en fait ce qu’ils souhaitent c’est plus de laïcité du tout.

    Rappelons quand même que si l’Eglise catholique pouvait régenter notre vie quotidienne, il n’y aurait ni procréation assistée, ni fécondation in vitro, ni pilule ni préservatif, ni divorce, et quoi encore…

    Souvenez-vous que Galilée n’a été réhabilité que voici quelques années, car pour l’obscurantisme, la religion catholique fait jeu égal avec les autres intégrismes religieux.

    Voici donc le début du texte de nos vaillants jeunes de l’UMP, puis deux textes de Tocqueville que je vous conseille de lire !

    Catholiques de l'UMP

    Blog de libre réflexion par des catholiques membres de l'UMP. "On ne peut séparer l'homme de Dieu, ni la politique de la morale", Thomas More

    Blog de libre réflexion Une "politique de civilisation" politique qui touche davantage encore à l’essentiel, à notre façon d’être dans la société et dans le monde, à notre culture, à notre identité, à nos valeurs, à notre rapport aux autres, c'est-à-dire au fond à tout ce qui fait une civilisation.

    Depuis trop longtemps la politique se réduit à la gestion restant à l’écart des causes réelles de nos maux qui sont souvent plus profondes. J’ai la conviction que dans l’époque où nous sommes, nous avons besoin de ce que j’appelle une politique de civilisation." (extrait des voeux de Nicolas Sarkozy aux Français)

    Bien que cette politique reste à définir, ce voeux rappelle celui de Jean-Paul II : l'établissement de "la civilisation de l'amour". Il s'agit pour nous catholiques d'un travail de long terme à mener sur la culture, l'éducation et le développement du sens de la dignité de la personne humaine. Cette politique de civilisation est bien différente de la simple gestion des problèmes économiques et sociaux à court terme, à laquelle s'est trop souvent cantonnée la Droite ; c'est ce qu'a bien compris Sarkozy.

    Si une nouvelle politique de civilisation doit être mise en oeuvre, ce qui serait très souhaitable, il incombe aux Catholiques d'y apporter leur pierre, pour qu'elle ne se fasse pas sans eux !

     

    N'est-ce pas beau comme l'antique?

    Benoit XVI & Sarko.jpgBenoît XVI et Sarkozy n'ayant pas hésité à faire appel à Tocqueville, ils osent tout! je vous livre ici deux textes de Tocqueville que vous pourrez retrouver avec beaucoup d'autres dans : Tocqueville, Notes sur le Coran et autres textes sur les religions.

    Lettre de Tocqueville à Corcelle,

    15 Novembre 1843

    Ce qui est [le] plus dangereux […] c’est l’esprit même du catholicisme, cet esprit intraitable qui ne peut vivre nulle part s’il n’est le maître. Le catholicisme, qui produit de si admirables effets dans certains cas, qu’il faut soutenir de tout son pouvoir parce qu’en France l’esprit religieux ne peut exister qu’avec lui, le catholicisme, j’en ai bien peur, n’adoptera jamais la société nouvelle, il n’oubliera jamais la position qu’il

    a eue dans l’ancienne et toutes les fois qu’on lui donnera des forces, il se hâtera d’en abuser. Je ne dirai cela qu’à vous.

    Mais je vous le dis, parce que je veux vous faire pénétrer dans ma plus secrète pensée. C’est celle-là qui me tourmente plus que toutes les autres. C’est cette idée générale qui m’occupe plus que toutes les idées particulières qui naissent des faits actuels15. Si ces faits n’étaient que la maladie, j’en prendrais

    mon parti. Mais ils ne sont que le symptôme d’une maladie plus grave, plus durable. C’est ce qui me désole. Le clergé ressemble parfaitement aux hommes de l’Ancien Régime. Dès qu’un vent de popularité lui arrive ou que la main du pouvoir se tend vers lui, il se croit follement le maître de la société et, au lieu de profiter de cette fortune pour prendre dans la nouvelle hiérarchie une place utile et grande quoique secondaire, il

    se fait briser en voulant se rasseoir à la première. Le même esprit qui a perdu la Restauration perdra toujours, j’en ai bien peur, le clergé et, malheureusement avec lui, la religion.

     

    ***

     

    La dénonciation du lien de l’Église avec le pouvoir politique se fait plus vigoureuse encore lorsque celui-ci est, comme le second Empire, moralement indéfendable; cette compromission ne peut faire que continuer à la discréditer. Tel est le sens de la lettre faussement déférente mais vraiment très ironique qu’il adresse à l’évêque de Coutances en mars1858 ; par trois fois, en janvier, février, mars, l’évêque avait fait expédier un mandement dans les paroisses pour appeler à prier pour « L’Envoyé du Très-Haut » entendez Napoléon III !

    Tocqueville n’imaginait pas « L’Envoyé du Très-Haut » avec les yeux globuleux et  la barbiche de Napoléon III, n’était-il pas, en outre, agnostique et fervent partisan de la séparation de l’Eglise et de l’Etat…

    LETTRE À MONSEIGNEUR DANIEL, ÉVÊQUE DE COUTANCES

    4 mars 1858

    Monseigneur,

    Je viens de recevoir l’Instruction pastorale que vous avez bien voulu m’adresser.

    J’ai été très touché que vous ayez bien voulu vous souvenir de moi dans cette circonstance. Veuillez agréer l’expression de ma vive reconnaissance. Je vous ai lu, Monseigneur; je vous ai admiré. J’ai admiré cette abondance de la parole qui n’ôte rien à la précision de l’idée; l’éclat du langage; la force de la pensée que les richesses de l’expression ornent et n’énervent point. J’ai reconnu, en un mot, les dons particuliers de votre éloquence, de cette éloquence qui pénètre dans l’esprit et touche le cœur.

    En même temps que je vous exprime avec une parfaite sincérité ces sentiments que la lecture de votre Mandement m’a inspirés, me permettrez-vous, Monseigneur, de vous soumettre, avec toute la défiance que je dois avoir en moi-même quand je vous parle, une observation critique. Elle se rapporte à ce paragraphe du Mandement, pageþ31, où vous parlez de l’Envoyé du Très-Haut, Celui que sa grâce a choisi, ce Ministre des divins Conseils, etc. Il m’a paru que ces paroles impliquaient une sorte de consécration au nom de la religion [du gouvernement actuel]; et j’avoue avec candeur que venant d’un homme tel que vous, elles m’ont ému. Je ne veux point, assurément, entrer dans une discussion politique. Je me suppose ami des institutions actuelles (ce que je confesse que je ne suis point), et, partant de cette donnée même, je me demande s’il n’y a pas

    quelque danger pour la religion à prendre parti pour le pouvoir nouveau et à le recommander en pareils termes au nom de Dieu. J’ai vu, de mon temps même, l’Église mêler aussi sa cause à celle du premier empereur; je l’ai vue de même couvrir de sa parole la Restauration; et il ne m’a pas semblé qu’elle eût

    profité de cette conduite. Dans un pays en révolution comme le nôtre, les jugements qui sont portés sur le pouvoir du moment ne sauraient être unanimes. Dans ces temps malheureux, on ne blâme pas seulement les actes du gouvernement; on conteste sa moralité, ses droits. Il y a encore aujourd’hui, en France, un

    grand nombre d’hommes qui regardent comme un acte de conscience de ne point reconnaître le nouveau pouvoir. Je crois qu’on ne saurait nier que parmi ceux-là il ne s’en trouve plusieurs qui par l’étendue de leurs lumières, l’honnêteté de leur vie, souvent par la sincérité de leur foi, sont les alliés naturels de l’Église, je dirais ses alliés nécessaires, si la religion n’avait sa principale force en elle-même.

    Parmi ceux mêmes qui approuvent la marche actuelle du pouvoir, combien peu ont honoré ses débuts et ses premiers actes? [Violer les serments les plus solennellement prêtés ou rejetés, renverser par la violence les lois qu’on s’était chargé de protéger, mitrailler dans Paris des hommes désarmés pour inspirer une terreur salutaire et prévenir la résistance… Ces actes, et je pourrais assurément en ajouter beaucoup d’autres,]

    ces actes peuvent être excusés et même approuvés par la politique; mais la loi morale universelle les réprouve [absolument]. Ceux qui ont présents ces souvenirs si récents de notre histoire [ne peuvent manquer d’éprouver] un trouble douloureux au fond de leur âme et une sorte d’ébranlement de leur croyance, en entendant les voix les plus autorisées couvrir de pareils actes au nom de la morale éternelle [un pouvoir si nouveau et qui a ainsi commencé].

    Voilà du moins, Monseigneur, le doute que je me permets de vous soumettre, en faisant appel à votre indulgence en faveur d’un homme qui professe pour vous autant de respect que d’attachement…

     

    Les passages entre crochets avaient été supprimés dans l’édition Beaumont, en 1864 par (ou pour la censure).

    Au nom de la charité chrétienne, il serait bon de rappeler aux bergers du moment que sauf à vivre dans le péché, ils doivent savoir que l’Eglise catholique refuse le divorce, interdit aux divorcés l’accès aux sacrements et leur impose, s’ils sont remariés, ils doivent s’abstenir de relations sexuelles et vivre dans la chasteté !

    L’Église catholique, quel esprit d’ouverture ; nul doute que Benoît XVI a rappelé toutes ces exigences également à Berlusconi et à Ingrid Betancourt !

     

  • L'art du portait : Louis-Napoléon croqué par Tocqueville

    Les Français revendiquent à cor et à cri leur sens de la démocratie et de la République, et nos hommes politiques...n'en parlons pas!

    D'ailleurs ceux-ci ne tarissent jamais d'éloges, de livres, sur nos deux grands démocrates que furent Napoléon Ier, qui saigna la France à blanc, et son pseudo-neveu qui acheva la tâche de son "oncle".Napoleon3.jpg

    "Nous avons fait (Napoléon Ier a fait) de nos alliés naturels, les Allemands, nos pires ennemis", écrivait Tocqueville à son neveu, attaché d'Ambassade à Vienne puis à Berlin. Quant à Napoléon III, que l'on admire tant également, il fut, lui aussi, constamment en guerre...jusqu'au Mexique, puis contre la Prusse, en 70. Idée de génie!

    On connaît la suite, comme une généalogie biblique, 70 engendra 14 qui engendra 39-45.

    Coût total des opérations :environ 100 millions de mort et une Europe condamnée au déclin.

    Mais ne dites pas cela à Max Gallo ni aux autres.

    Tocqueville qui fut, cinq mois,ministre des Affaires Etrangères, de celui que la hiérarchie catholique désignait à ses fidèles comme "l'envoyé du très-Haut" (ce qui fâchait Alexis qui n'imaginait pas celui-ci avec des yeux globuleux et une barbichette), et qui tenta, en vain d'empêcher cet obsessionnel de commettre son coup d'Etat, Tocqueville, dis-je, nous livre, dans ses Souvenirs, un délicieux portrait de l'empereur, esprit fumeux entouré de vauriens et de drôlesses!

    "La nation l'avait choisi pour tout oser, et ce qu'elle attendait de lui, c'était l'audace et non la prudence. Il avait toujours, dit-on, été très adonné aux plaisirs et peu délicat dans le choix. Cette passion de jouissances vulgaires et ce gout du bien-être s'étaient encore accrus avec les facilités du pouvoir. Il y alanguissait chaque jour son énergie, y amortissait et rabaissait son ambition même.

    Son intelligence était incohérente confuse, remplie de grandes pensées mal appareillées, qu’il empruntait tantôt aux exemples de Napoléon, tantôt aux théorie socialistes, quelquefois aux souvenirs de l'Angleterre où il avait vécu; sources très différentes et souvent fort contraires. Il les avait péniblement amassées dans des méditations solitaires, loin du contact des faits et des hommes, car il était naturellement rêveur et chimérique. Mais, quand on le forçait de sortir de ces vagues et vastes régions pour resserrer son esprit dans le limites d'une affaire, celui-ci se trouvait capable de justesse quelquefois de finesse et d'étendue, et même d'une certaine profondeur, mais jamais sûr et toujours prêt à placer une idée bizarre à côté d'une idée juste.

    En général, il était difficile de l'approcher longtemps et très près sans découvrir une petite veine de folie, courant ainsi au milieu de son bon sens, et dont la vue, rappelant sans cesse les escapades de sa jeunesse, servait à les expliquer.

    On peut dire, au demeurant, que ce fut sa folie plus que sa
raison qui, grâce aux circonstances, fit son succès et sa force 
car le monde est un étrange théâtre. Il s'y rencontre des moments 
où les plus mauvaises pièces sont celles qui y réussissent le mieux. Si Louis Napoléon avait été un homme sage, ou même un homme de génie, il ne fût jamais devenu président de la République.

    Il se fiait à une étoile ; il se croyait fermement l'instrument de 
la destinée et l'homme nécessaire. J'ai toujours cru qu'il était 
réellement convaincu de son droit, et je doute que Charles X ait jamais été plus entiché de sa légitimité qu'il l'était de la sienne ; 
aussi incapable, du reste, que celui-ci, de rendre raison de sa foi : car s'il avait une sorte d'adoration abstraite pour le peuple il ressentait très peu de goût pour la liberté. Le trait caractéristique et fondamental de son esprit, en matière politique, était la haine et le mépris des assemblées. Le régime de la monarchie constitutionnelle lui paraissait plus insupportable que celui même de la république. L'orgueil que lui donnait son nom, qui était sans bornes, s'inclinait volontiers devant la nation, mais il se révoltait à l'idée de subir l'influence d'un parlement.

    Il avait eu, avant d'arriver au pouvoir, le temps de renforcer ce goût naturel que les princes médiocres ont toujours pour la valetaille, par les habitudes de vingt ans de conspirations passés au milieu d'aventuriers de bas étage, d'hommes ruinés ou tarés, de jeunes débauchés, seules personnes qui, pendant tout ce temps, avaient pu consentir à lui servir de complaisants ou de complices. Lui-même, à travers ses bonnes manières, laissait percer quelque chose qui sentait l'aventurier et le prince de hasard. Il continuait à se plaire au milieu de cette compagnie subalterne, alors qu'il n'était plus obligé d'y vivre.

    Je crois que la difficulté qu'il avait à exprimer ses pensées autrement que par écrit l'attachait aux gens qui étaient depuis longtemps au courant de ses idées et familiers avec ses rêveries, et que son infériorité dans la discussion lui rendait, en général, le contact des hommes d'esprit assez pénible. Il désirait, d'ailleurs, avant tout, rencontrer le dévouement à sa personne et à sa cause (comme si sa personne et sa cause avaient pu le faire naître) ; le mérite le gênait pour peu qu'il fût indépendant. Il lui fallait des croyants en son étoile et des adorateurs vulgaires de sa fortune. On ne pouvait donc l'approcher qu'en passant à travers un groupe de serviteurs intimes et d'amis particuliers, dont le général Changarnier me disait, dès ce temps-là, qu'on pouvait les définir presque tous par ces deux mots qui rimaient ensemble : escrocs et marauds.

    En somme rien n'était au-dessous de ses familiers si ce n'est sa famille composée en majeure partie de vauriens et de drôlesses.

    Tel est l'homme que le besoin d'un chef et la puissance d'un souvenir avaient mis à la tête de la France, et avec lequel nous allions avoir à la gouverner.napoleon3.jpg

     

    Fort heureusement, le Très-Haut nous épargne de telles turpitudes!images.jpeg

     

    Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas; la hiérarchie catholique a toujours été démocrate, de nos jours encore...La preuve : elle a soutenu Pétain, Mussolini et Franco et canonise, aujourd'hui, les prêtres franquistes, alors que les autres, on n'a pas attendu, ils ont été "canonisés" par l'artillerie franquiste avec la bénédiction des prélats !images.jpegimages.jpeghitler_pretres.jpg


  • Un chapitre de la seconde Démocratie dont les résonances sont fort actuelles

    Voici un chapitre fort intéressant de la seconde Démocratie de Tocqueville qui permet de comprendre pourquoi, dans la seconde partie du XXe siècle, tous les redécouvreurs de Tocqueville (dont Aron, mais également Jacob Peter Mayer à qui l'on doit la mise en place de l'édition des Oeuvres Complètes, chez Gallimard, Furet, mais on aurait grand tort d'oublier Soboul qui analyse avec soin l'approche historique de la Révolution française par Tocqueville, dans l'Encyclopaedia Universalis, Lefebvre, qui rédigea l'introduction de L'Ancien Régime et la Révolution, Braudel, qui rédigea l'introduction des Souvenirs, dans l'édition Folio) ou bien étaient de formation marxiste ou avaient une solide culture marxiste. Dans son fort intéeessant Tocqueville, Jacques Coenen-Huther explique comment le sociologue Ralf Dahrendorf: "a malicieusement présenté une description de la 'révolution de la modernité' qui constitueen fait un habile montage d'extraits du manifeste communiste et de la première Démocratie". A mon sens, le passage qui suit, emprunté à la seconde Démocratie est encore plus significatif. L'analyse des faits (comme en ce qui concerne Le Coup d'Etat du dix-huit Brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte) et celle de la situation et des enjeux est identique chez les deux politistes, même si les jugements et choix qui suivent sont différents, voire opposés (on pourra consulter sur ce point mon Tocqueville moraliste).

    Le "prophétisme" de Tocqueville est une formule facile et déplacée, mais son analyse de la possible montée d'un capitalisme industriel, celui des maîtres de forges du XIXe siècle est encore beaucoup plus prégnante pour nous, aujourd'hui, au comment où le capitalisme financier, international et dévoyé, relève du banditisme de la mafia bancaire et capitalistique pour lequel la vie des individus n'a aucune importance et où l'emploi - qui met en question la vie des individus, des familles et des  économies locales - n'est plus qu'une variable d'ajustement!

    Dans le cas précis du texte qui suit, et dont la rigueur est absolument remarquable, on peut penser, juger et/ou regretter que l'hypothèse de Tocqueville selon laquelle la prise de contrôle de la société et de l'économie par une aristocratie inhumaine et pire que tout ce qui a précédé, relève d'un choix de classe, d'un aveuglement volontaire; il n'empêche que ce texte requiert toute notre attention apr les temps qui courent!

    Deuxième partie

     

    CHAPITRE XX

     

    COMMENT L'ARISTOCRATIE POURRAIT SORTIR DE L'INDUSTRIE

     

    J'ai montré comment la démocratie favorisait les développements de l'industrie, et multipliait sans mesure le nombre des industriels; nous allons voir par quel chemin détourné l'industrie pourrait bien à son tour ramener les hommes vers l'aristocratie.

    On a reconnu que quand un ouvrier ne s'occupait tous les jours que du même détail, on parvenait plus aisément, plus rapidement et avec plus d'économie à la pro­duc­tion générale de l’œuvre.

    On a également reconnu que plus une industrie était entreprise en grand, avec de grands capitaux, un grand crédit, plus ses produits étaient à bon marché.

    Ces vérités étaient entrevues depuis longtemps, mais on les a démontrées de nos jours. Déjà on les applique à plusieurs industries très importantes, et successivement les moindres s'en emparent.

    Je ne vois rien dans le monde politique qui doive préoccuper davantage le législa­teur que ces deux nouveaux axiomes de la science industrielle.

    Quand un artisan se livre sans cesse et uniquement à la fabrication d'un seul objet, il finit par s'acquitter de ce travail avec une dextérité singulière. Mais il perd, en même temps, la faculté générale d'appliquer son esprit à la direction du travail. Il devient chaque jour plus habile et moins industrieux, et l'on peut dire qu'en lui l'hom­me se dégrade à mesure que l'ouvrier se perfectionne.

    Que doit-on attendre d'un homme qui a employé vingt ans de sa vie à faire des têtes d'épingles? et à quoi peut désormais s'appliquer chez lui cette puissante intelli­gence humaine, qui a souvent remué le monde, sinon à rechercher le meilleur moyen de faire des tètes d'épingles !

    Lorsqu'un ouvrier a consumé de cette manière une portion considérable de son existence, sa pensée s'est arrêtée pour jamais près de l'objet journalier de ses labeurs; son corps a contracté certaines habitudes fixes dont il ne lui est plus permis de se départir. Et, un mot, il n'appartient plus à lui-même, mais à la profession qu'il a choisie. C'est en vain que les lois et les mœurs ont pris soin de briser autour de cet homme toutes les barrières et de lui ouvrir de tous côtés mille chemins différents vers la fortune; une théorie industrielle plus puissante que les mœurs et les lois l'a attaché à un métier, et souvent à un lieu qu'il ne peut quitter. Elle lui a assigné dans la société une certaine place dont il ne peut sortir. Au milieu du mouvement universel, elle l'a rendu immobile.

    À mesure que le principe de la division du travail reçoit une application plus complète, l'ouvrier devient plus faible, plus borné et plus dépendant. L'art fait des progrès, l'artisan rétrograde. D'un autre côté, à mesure qu'il se découvre plus manifes­tement que les produits d'une industrie sont d'autant plus parfaits et d'autant moins chers que la manufacture est plus vaste et le capital plus grand, des hommes très riches et très éclairés se présentent pour exploiter des industries qui, jusque-là, avaient été livrées à des artisans ignorants ou malaisés. La grandeur des efforts nécessaires et l'immensité des résultats à obtenir les attirent.

    Ainsi donc, dans le même temps que la science industrielle abaisse sans cesse la classe des ouvriers, elle élève celle des maîtres.

    Tandis que l'ouvrier ramène de plus en plus son intelligence à l'étude d'un seul détail, le maître promène chaque jour ses regards sur un plus vaste ensemble, et son esprit s'étend en proportion que celui de l'autre se resserre. Bientôt il ne faudra plus au second que la force physique sans l'intelligence; le premier a besoin de la science, et presque du génie pour réussir. L'un ressemble de plus en plus à l'administrateur d'un vaste empire, et l'autre à une brute.

    Le maître et l'ouvrier n'ont donc ici rien de semblable, et ils diffèrent chaque jour davantage. Ils ne se tiennent que comme les deux anneaux extrêmes d'une longue chaî­ne. Chacun occupe une place qui est faite pour lui, et dont il ne sort point. L'un est dans une dépendance continuelle, étroite et nécessaire de l'autre, et semble né pour obéir, comme celui-ci pour commander.

    Qu'est-ce ceci, sinon de l'aristocratie ?

    Les conditions venant à s'égaliser de plus en plus dans le corps de la nation, le besoin des objets manufacturés s'y généralise et s'y accroît, et le bon marché qui met ces objets à la portée des fortunes médiocres, devient un plus grand élément de succès.

    Il se trouve donc chaque jour que des hommes plus opulents et plus éclairés consacrent à l'industrie leurs richesses et leurs sciences et cherchent, en ouvrant de grands ateliers et en divisant strictement le travail, à satisfaire les nouveaux désirs qui se manifestent de toutes parts.

    Ainsi, à mesure que la masse de la nation tourne à la démocratie, la classe parti­culière qui s'occupe d'industrie devient plus aristocratique. Les hommes se montrent de plus en plus semblables dans l'une et de plus en plus différents dans l'autre, et l'inégalité augmente dans la petite société en proportion qu'elle décroît dans la grande.

    C'est ainsi que, lorsqu'on remonte à la source, il semble qu'on voie l'aristocratie sortir par un effort naturel du sein même de la démocratie.

    Mais cette aristocratie-là ne ressemble point à celles qui l'ont précédée.

    On remarquera d'abord que, ne s'appliquant qu'à l'industrie et à quelques-unes des professions industrielles seulement, elle est une exception, un monstre, dans l'ensem­ble de l'état social.

    Les petites sociétés aristocratiques que forment certaines industries au milieu de l'immense démocratie de nos jours renferment, comme les grandes sociétés aristocra­tiques des anciens temps, quelques hommes très opulents et une multitude très misérable.

    Ces pauvres ont peu de moyens de sortir de leur condition et de devenir riches, mais les riches deviennent sans cesse des pauvres, ou quittent le négoce après avoir réalisé leurs profits. Ainsi, les éléments qui forment la classe des pauvres sont à peu près fixes; mais les éléments qui composent la classe des riches ne le sont pas. À vrai dire, quoiqu'il y ait des riches, la classe des riches n'existe point; car ces riches n'ont pas d'esprit ni d'objets communs, de traditions ni d'espérances communes. Il y a donc des membres, mais point de corps.

    Non seulement les riches ne sont pas unis solidement entre eux, mais on peut dire qu'il n'y a pas de lien véritable entre le pauvre et le riche.

    Ils ne sont pas fixés à perpétuité l'un près de l'autre; à chaque instant l'intérêt les rapproche et les sépare. L'ouvrier dépend en général des maîtres, mais non de tel maître. Ces deux hommes se voient à la fabrique et ne se connaissent pas ailleurs, et tandis qu'ils se touchent par un point, ils restent fort éloignés par tous les autres. Le manufacturier ne demande à l'ouvrier que son travail, et l'ouvrier n'attend de lui que le salaire. L'un ne s'engage point à protéger, ni l'autre à défendre, et ils ne sont liés d'une manière permanente, ni par l'habitude, ni par le devoir.

    L'aristocratie que fonde le négoce ne se fixe presque jamais au milieu de la popu­lation industrielle qu'elle dirige; son but n'est point de gouverner celle-ci, mais de s'en servir.

    Une aristocratie ainsi constituée ne saurait avoir une grande prise sur ceux qu'elle emploie; et, parvint-elle à les saisir un moment, bientôt ils lui échappent. Elle ne sait pas vouloir et ne peut agir.

    L'aristocratie territoriale des siècles passés était obligée par la loi, ou se croyait obligée par les mœurs, de venir au secours de ses serviteurs et de soulager leurs misères. Mais l'aristocratie manufacturière de nos jours, après avoir appauvri et abruti les hommes dont elle se sert, les livre en temps de crise à la charité publique pour les nourrir. Ceci résulte naturellement de ce qui précède. Entre l'ouvrier et le maître, les rapports sont fréquents, mais il n'y a pas d'association véritable.

    Je pense qu'à tout prendre, l'aristocratie manufacturière que nous voyons s'élever sous nos yeux est une des plus dures qui aient paru sur la terre; mais elle est en même temps une des plus restreintes et des moins dangereuses.

    Toutefois, c’est de ce côté que les amis de la démocratie doivent sans cesse tour­ner avec inquiétude leurs regards; car, si jamais l'inégalité permanente des condi­tions et l'aristocratie pénètrent de nouveau dans le monde, on peut prédire qu'elles y entreront par cette porte.

    colloque.jpg

     

     

     

  • Tocqueville, Hugo, et les deux Empereurs


    Avant de citer deux textes fort intéressants et peu connus de Victor Hugo, il me faut revenir sur un élément capital de notre histoire nationale, et européenne, qui n’est jamais évoqué pour des raisons idéologiques qui sont celles de la vulgate nationaliste du pays mais d’abord de ceux qui en écrivent – ou font écrire - l’Histoire. Marcel Pagnol notait, alors que les manuels de philosophie soulignaient les bienfaits de la colonisation, dans les années 60, que les livres d’histoire sont des manuels d’idéologie.

    Nos hommes politiques et leurs « plumes » continuent de vanter les mérites de nos deux Empereurs : l’Oncle et le Neveu, Napoléon Ier et Napoléon III (je renvoie ici, entre autres, aux textes de Max Gallo, Pierre Nora, Philippe Seguin, Dominique de Vuillepin et tant d’autres…)

    Je voudrais simplement rappeler quelques points.

    Je laisse volontairement ici les affrontements entre la France et l’Angleterre qui prennent leur source dans la possession, par le roi d’Angleterre – vassal du roi de France - d’une quantité de terres et de fiefs (remontant, entre autres à la conquête de l’Angleterre par Guillaume, puis aux alliances et mariages, comme celui d’Aliénor d’Aquitaine) plus importants que ceux de son suzerain…

    On comprend que le vassal ait voulu se confronter au suzerain dans un combat des chefs et des Etats qui devait perdurer, sous des formes variées, bien au-delà de la Guerre de Cent ans.

    Avec l’Allemagne, les faits sont à la fois plus simples et plus durables. La rivalité franco-germanique remonte à la division de l’Empire de Charlemagne à la mort de son fils Louis Le Pieux. L’empire est alors divisé entre les trois fils de ce dernier : Charles le Chauve héritant de ce qui sera – en gros – la France, Louis le Germanique, de ce qui sera l’Allemagne, la plus belle partie du royaume revenant à Lothaire, la Lotharingie, qui s’étend de la mer du Nord (et des Pays-Bas actuels)- jusqu’au Nord de Rome et des terres papales ; la plus belle partie de l’Empire.

    Le 14 février 842, à Strasbourg, Louis le Germanique et Charles le Chauve, petits-fils de l'empereur Charlemagne, se prêtent serment d'assistance mutuelle.

    « Pro deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, d'ist di in avant, in quant deus savir et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fradre Karlo et in aiudha et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra salvar dist, in o quid il mi altresi fazet, et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai, qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit » [« Pour l'amour de Dieu et pour le peuple chrétien et notre salut commun, à partir d'aujourd'hui, en tant que Dieu me donnera savoir et pouvoir, je secourrai ce mien frère Charles par mon aide et en toute chose, comme on doit secourir son frère, selon l'équité, à condition qu'il fasse de même pour moi, et je ne tiendrai jamais avec Lothaire aucun plaid qui, de ma volonté, puisse être dommageable à mon frère Charles. »]

    « In Godes minna ind in thes christianes folches ind unser bedhero gealtnissi, fon thesemo dage frammordes, so fram so mir Got geuuizci indi mahd furgibit, so haldih tesan minan bruodher, soso man mit rehtu sinan bruodher scal, in thiu, thaz er mig sosoma duo ; indi mit Ludheren in nohheiniu thing ne gegango, zhe minan uuillon imo ce scadhen uuerhen » [« Pour l'amour de Dieu et pour le salut peuple chrétien et notre salut à tous deux, à partir de ce jour dorénavant, autant que Dieu m'en donnera savoir et pouvoir, je secourrai ce mien frère, comme on doit selon l'équité secourir son frère, à condition qu'il en fasse autant pour moi, et je n'entrerai avec Lothaire en aucun arrangement qui, de ma volonté, puisse lui être dommageable. »]

    Premier traité international entre la France et l’Allemagne, écrit dans les deux langues, petit chef-d’œuvre d’hypocrisie, les deux frères jurent de se porter assistance si leur frère Lothaire les attaque.En fait ils sont d’accord pour démanteler le royaume de Lothaire et se le partager, comme Russes et Allemands se partageront la Pologne ! Mais évidemment tout ceci pose, et posera, pendant 1103 années (842-1945), des problèmes de frontières. Les Guerres d’Italie ne sont rien d’autre que l’affrontement de la France et du Saint Empire Romain Germanique. François Ier s’affronte à Charles Quint dont le royaume va des Flandres au Sud de l’Espagne, sans oublier les possessions ultramarines. Louis XIV ruine la France pour fixer ses frontières orientales et s’assuer la possession des Trois évêchés…

    La Révolution française jouit d’abord de la sympathie des provinces rhénanes, avant de se discréditer par les combats incessants, les pillages, les exactions des guerres du Consulat et de l’Empire.

    A partir des années 1840-1845, Tocqueville comprend que le problème de la paix et de l’équilibre en Europe repose, à la suite du traité de Vienne, sur l’équilibre des quatre grandes nations : la France, l’Angleterre, la Russie et l’Allemagne qui doit se réunifier. Telle est, dès lors, son idée majeure.

    Une fois de plus, son « esprit de finesse » lui permet de comprendre et d’écrire que toute alliance de la France et de l’Angleterre ou/et la Russie, conduira à des affrontements considérables en Europe.

    Dans les années 1857-1858, il écrit à son neveu Hubert, attaché d’Ambassade, à Vienne puis à Berlin, que par les guerres de là Révolution et de l’Empire, nous avons fait de nos alliés naturels nos pires ennemis !

    Il apprend l’allemand, correspond avec l’élite intellectuelle, lit les journaux allemands, voyage dans le pays, fait un séjour à Bonn !

    On connaît la suite ! Le « Neveu » multiplia les aventures militaires inutiles, stupides et criminelles…jusqu’au Mexique, et acheva la sinistre entreprise de l’Oncle.

    La guerre de 70 amena la sinistre boucherie de la première guerre mondiale ! Malgré toute la propagande la plus infâme, ceux qui sont revenus disaient à leurs petits-enfants, dont je faisais partie : « c’étaient des hommes comme nous… », même si des officines, comme l’Académie des Sciences faisaient des rapports prouvant que l’urine des soldats allemands était plus forte que la bonne urine, fine et naturelle des soldats français. Bref les Allemands étaient des bêtes sauvages, ces Widschweinen, ces sangliers de Rhénanie : pour se donner le droit de tuer un être humain, il faut d’abord le déshumaniser, l’animaliser, comme plus tard Hitler, puis ensuite la radio des collines…

    Bref, Tocqueville, comme Cassandre, fut condamné à ne pas être entendu.

    Après la première guerre mondiale, la seconde, et le déclin de l’Europe.

    Ce qui me choque le plus c’est que son discours d’alors demeure, aujourd’hui encore inaudible, mieux – c’est-à-dire pire – le fait que ces différents éléments que j’ai signalés dans mes travaux, avec les références précises, continuent d’être ignorés, passés sous silence.

     

    A vrai dire, je commence à en avoir l’habitude, comme je le signalais au symposium de la Liberty Fund, en septembre dernier, en faisant l’analyse du dernier chapitre X de la première Démocratie en Amérique, dans lequel Tocqueville explique et dénonce le fait que la remarquable démocratie américaine se soit instaurée par un double crime contre l’humanité. Il est le premier à employer cette expression !

    Voici donc deux textes de Victor Hugo, tirés du même roman, dans lesquels il explique que Louis-Napoléon n’était pas un Bonaparte, ce qui, d’une certaine façon, le dédouane, à ses propres yeux, d’avoir soutenu Napoléon « Le Petit » qui n’était qu’un bâtard…

    Oh la faiblesse des grands hommes qui ne veulent pas voir leur image ternie….

     

     

     

    « Quoi qu'il en soit, le parti légitimiste, considéré dans son ensemble, n'avait pas l'horreur du coup d'Etat. Il ne craignait rien. Au fait, les royalistes craindre Louis Bonaparte ? Pourquoi?

    On ne craint pas l'indifférence. Louis Bonaparte  était un indifférent. Il ne connaissait qu'une chose, son but broyer la route pour y arriver, c'était tout simple; laisser le reste tranquille. Toute sa politique était là. Écraser les républicains, dédaigner les royalistes.

    Louis Bonaparte n avait aucune passion. Celui qui écrit ces lignes, causant un jour de Louis Bonaparte avec l'ancien roi de Westphalie, disait :

    - En lui, le hollandais calme le corse.

    - Si Corse il y- a, répondit Jérôme.

    Louis Bonaparte n'a jamais été qu'un homme qui guette le hasard ; espion tâchant de duper Dieu. Il avait la rêverie livide du joueur qui triche. La tricherie admet l’audace et exclut la colère. Dans sa prison de Ham, il ne lisait qu'un livre, le Prince. Il n’avait pas de famille, pouvant hésiter entre Bonaparte et Werhuell ;il n’avait pas de patrie, pouvant hésiter entre la France et le Hollande ».

    (Victor Hugo, Œuvres Complètes, I, p. 135-136, J. Hetzel & Cie A. Quantin, Paris 1883).

     

    Dans le volume suivant, Hugo rapporte une conversion qui avait eu lieu en 1840, avec Vieillard et quelques autres. Vieillard, député de la Manche, avait été le précepteur de Louis-Napoléon Bonaparte. Tocqueville le connaissait bien. Après le coup d’Etat de 1851, qui avait valu à Tocqueville d’être emprisonné, Vieillard était venu lui présenter les excuses de Louis-Napoléon tentant, vainement, de le rallier à sa cause.

    Tocqueville écrit dans une lettre comment il assista aux funérailles de Vieillard et « montra son derrière » à tous les ralliés à l’Empire qui auraient voulu lui serrer la main…

    Voici ce qu’écrit Hugo à propos du retour de la reine Hortense revenue près de son époux afin qu’il accepte une paternité qui, aux yeux de beaucoup n’était pas la sienne. La thèse est que Louis-Napoléon n’est pas un Bonaparte, mais le fruit des amours illégitimes de la reine Hortense, le père putatif pouvant être Werhuell :

     

    « Disons-en quelques mots.

    Il y avait Vieillard le précepteur, athée de la nuance catholique, bon joueur de billard.

    Vieillard était un narrateur. Il racontait en souriant ceci : Vers la fin de 1807, la reine Hortense qui habi­tait volontiers Paris, écrivit au roi Louis qu'elle ne pou­vait être plus longtemps sans le voir, qu'elle ne pouvait se passer de lui, et qu'elle allait arriver à la Haye. Le roi dit « Elle est grosse ». Il fit venir son ministre Van Maanen, lui montra la lettre de la reine, et ajouta

    tt Elle va arriver. C'est bien. Nos deux chambres com­muniquent par une porte ; la reine la trouvera murée. »

    Louis prenait son manteau royal au sérieux, car il s'écria ; « Le manteau d'un roi ne sera pas la couver­ture d'une catin. » Le ministre Van Maanen, terrifié, manda la chose à l'empereur. L'empereur se mit en colère, non contre Hortense, mais contre Louis. No­nobstant Louis tint bon; la porte ne fut pas murée, mais sa majesté la fut ; et, quand la reine vint, il lui tourna le dos. Cela n'empêcha pas Napoléon IlI de naître.

    Un nombre convenable de coups de canon salua cette naissance.Telle était l'histoire que, dans l'été de1840,  à Saínt­-Leu-Taverny, dans la maison dite la Terrasse, devant témoins, dont était Ferdinand B., marquis de la L.,camarade d'enfance de l'auteur de ce livre, racontait
    M. Vieillard, bonapartiste ironique, dévoué sceptique.
    Outre Vieillard, il y avait Vaudrey, que Louis Bona­parte fit général en même temps qu'Espinasse..
    . »

    (Victor Hugo, Œuvres Complètes, II, p. 27, J. Hetzel & Cie A. Quantin, Paris 1883).

     

    Mais d’autres proches, familiers et intimes de la reine Hortense pouvaient également être des pères putatifs, par exemple un certain Moquart, dont Hugo écrit à la page suivante :

    « Il y avait [à la même réunion de 1840] Mocquart, ancien joli homme à la cour de Hollande. Mocquart avait des romances dans ses souvenirs. Il pouvait, par l’âge, et peut-être autrement être le père de Louis Bonaparte »

    A l’époque, l’idée est répandue et assez généralement admise, y compris dans l’entourage direct de Louis-Napoléon auquel son oncle Jérôme dit un jour :

    « Vous n'avez rien de Napoléon!" et Napoléon III de répondre: "Hélas, si! J'ai sa famille!".

    « Plusieurs indices donnent à penser, a-t-on écrit, que Napoléon III n'était pas un Bonaparte. Il fut conçu à Cauterets en juillet 1807, à un moment où la reine Hortense était séparée de son mari. Parmi ses nombreux amants, les pères putatifs les plus souvent cités sont l'amiral néerlandais Charles-Henri Verhuell, ministre de la marine du roi Louis et Adam de Bylandt-Hastelcamps, l'écuyer d'Hortense ».

     

     

    La filiation douteuse de Napoléon III est évidemment, pour nous, sans grande importance ; mais la filiation officielle supposée joua un rôle de premier plan dans notre histoire nationale ; c’est bien grâce au nom de Bonaparte qu’il put être élu en 1848 et devenir le premier président de la république française. C’est ce nom encore qui le poussa, comploteur né, compassionnel et compulsionnel à faire acte de forfaiture en renversant par un coup d’Etat militaire, cette République dont il était le gardien des institutions.

    Mais le problème qui se pose à nous ici est de savoir pourquoi Hugo est si attaché à livrer en pâture à ses lecteurs un fait divers relevant de l’alcôve et des amours illégitimes ?

    Tout simplement pour se disculper au nom de la défense de l’Ego du Grand Hugo.

    Il entend par là gommer le fait qu’il a fut l’un des promoteurs les plus actifs du retour et de la prise du pouvoir de la Présidence par Louis-Napoléon, qu’il le soutint activement au moins jusqu’au début de 1851, espérant devenir ministre de l’instruction publique. Ce n’est qu’en septembre 1851, quand le coup d’Etat est quasiment certain qu’il écrit dans Choses Vues que la République a été trahie et que désormais il combat pour elle : « Républicains, ouvrez vos rangs. Je suis des vôtres !» (Choses vues 1849-1885, Folio/Gallimard 1972, p. 266)

    En outre, lors du coup d’Etat, alors que plus de deux cents parlementaires prennent de véritables risques en destituant le président pour forfaiture, Hugo est absent, il craint pour sa vie, mais risquait-il vraiment plus que les autres ? Le nouveau pouvoir aurait-il pu prendre le rsique de fusiller Hugo, il est permis d’en douter.

    L’Histoire d’un crime est donc un ouvrage très intéressant, témoignage historique et pamphlet, mais également plaidoyer pro domo.

    Hugo entend donc prouver à son lecteur qu’il a été victime d’une tromperie sur la marchandise, qu’il croyait défendre la cause d’un Bonaparte alors qu’il avait affaire à un bâtard imposteur, mais les données chronologiques dont il a fait état prouvent à l’évidence que l’argument ne tient pas puisque la discussion de 1840 qu’il rapporte prouve que dès cette époque il savait que la filiation bonapartiste de Louis-Napoléon n’était guère fiable, filiation d’opéra-bouffe, Offenbach sera le meilleur illustrateur de la nature et des mœurs du Second Empire !

    Reste une dernière question : pourquoi un et livre, fort intéressant par les témoignages historiques – dont il convient de faire la critique interne et externe - est-il totalement absent de/dans notre histoire littéraire ?

    Je n’ai appris son existence qu’en travaillant sur Tocqueville et en lisant la biographie d’André Jardin ?

    La réponse est d’une simplicité idéologique désespérante. Tocqueville l’a déjà écrit : les Français sont désespérément marqués par le bonapartisme et le césarisme, comme le souligne très justement, après Tocqueville, Melvin Richter.

    Aujourd’hui encore, nos hommes politiques et leurs plumitifs de service, multiplient les considérations, les éloges et les textes sur l’Oncle et le « Neveu », tout en se présentant comme des républicains authentiques, persuadés d’être, en outre, des démocrates.

     

     

     

     

  • Portrait de Louis-Napoléon Bonaparte, 1er président de la République élu au suffrage universel

     

    (L’élection de) Louis Napoléon (à la présidence de la République) me parut la pire fin de la République. ( Tocqueville, Souvenirs Troisième partie, portrait de Louis-Napoléon Bonaparte)images.jpeg

     

     

     

     

    Il était très supérieur à ce que sa vie antérieure et ses folles entreprises avaient pu faire penser à bon droit de lui. Ce fut ma première impression en le pra­tiquant. Il déçut sur ce point ses adversaires et peut ­être plus encore ses amis, si l'on peut donner ce nom aux hommes politiques qui patronnèrent sa candida­ture. La plupart de ceux-ci le choisirent, en effet, non à cause de sa valeur, mais à cause de sa médiocrité présumée. Ils crurent trouver en lui un instrument dont ils pourraient user à discrétion, et qu'il leur serait toujours loisible de briser à volonté. En quoi ils se trompèrent fort lourdement.

    Louis Napoléon avait, comme homme privé, cer­taines qualités attachantes : une humeur bienveillante et facile, un caractère humain, une âme douce et même assez tendre, sans être délicate, beaucoup de sûreté dans les rapports, une parfaite simplicité, une certaine modestie pour sa personne au milieu de l'orgueil immense que lui donnait son origine, plus de fidélité à la reconnaissance qu'aux ressentiments. Capable clé ressentir de l'affection, il était propre à la faire naître chez ceux qui l'approchaient. Sa conversation étalt rare et stérile ; chez lui, nul art pour faire parler les autres et se mettre en rapport intime avec eux; aucune facilité à s'énoncer lui-même, mais des habitudes écrivassières et un certain amour-propre d'auteur. Sa dissimulation, qui était profonde comme celle d'un homme qui a passé sa vie dans les complots, s'aidait singulièrement de l'immobilité de ses traits et de l'insignifiance de son regard : car ses yeux étaient ternes opaques, comme ces verres épais destinés à éclairer la chambre des vaisseaux qui laissent passer la lumière, mais à travers lesquels on ne voit rien. Très insouciant du danger, il avait un beau et froid courage dans les jours de crise et, en même temps, chose assez com­mune, il était fort vacillant dans ses desseins. On le vit souvent changer de route, avancer, hésiter, reculer à son grand dommage : car la nation l'avait choisi pour tout oser, et ce qu'elle attendait de lui, c'était l'audace et non la prudence. Il avait toujours, dit-on, été très adonné aux plaisirs et peu délicat dans le choix. Cette passion de jouissances vulgaires et ce goût du bien-­être s'étaient encore accrus avec les facilités du pouvoir. Il y alanguissait chaque jour son énergie, y amortissait et rabaissait son ambition même. Son intel­ligence était incohérente, confuse, remplie de grandes pensées mal appareillées, qu'il empruntait tantôt aux exemples de Napoléon, tantôt aux théories socialistes, quelquefois aux souvenirs de l'Angleterre où il avait ,vécu, sources très différentes et souvent fort contraires. Il les avait péniblement ramassées dans des médi­tations solitaires, loin du contact des faits et des hommes, car il était naturellement rêveur et chimé­rique. Mais, quand on le forçait de sortir de ces vagues et vastes régions pour resserrer son esprit dans les limites d'une affaire, celui-ci se trouvait capable de justesse, quelquefois de finesse et d'étendue, et même d'une certaine profondeur, mais jamais sûr et toujours prêt à placer une idée bizarre à côté d'une idée juste.

    En général, il était difficile de l'approcher long­temps et de très près sans découvrir une petite veine de folie, courant ainsi au milieu de son bon sens, et dont la vue, rappelant sans cesse les escapades de sa jeunesse, servait à les expliquer.

    On peut dire, au demeurant, que ce fut sa folie plus que sa raison qui, grâce aux circonstances, fit son succès et sa force : car le monde est un étrange théâtre. Il s'y rencontre des moments où les plus mauvaises pièces sont celles qui y réussissent le mieux. Si Louis Napoléon avait été un homme sage, ou même un homme de génie, il ne fût jamais devenu président de la République.

    Il se fiait à une étoile ; il se croyait fermement l'ins­trument de la destinée et l'homme nécessaire. J'ai tou­jours cru qu'il était réellement convaincu de son droit, et je doute que Charles X ait jamais été plus entiché" de sa légitimité qu'il l'était de la sienne; aussi incapable, du reste, que celui-ci, de rendre raison de sa foi : car s'il avait une sorte d'adoration abstraite pour le peuple, il ressentait très peu de goût pour la liberté. Le trait caractéristique et fondamental de son esprit en matière politique, était la haine et le mépris des assemblées. Le régime de la monarchie constitutionnelle lui paraissait plus insupportable que celui même de la République. L'orgueil que lui donnait son noms, qui était sans bornes, s'inclinait volontiers devant la nation, mais se révoltait à l'idée de subir l'influence d'un parlement.

    Il avait eu, avant d'arriver au pouvoir, le temps de renforcer ce goût naturel que les princes médiocres ont toujours pour la valetaille, par les habitudes de vingt ans de conspirations passés au milieu d'aventuriers de bas étage, d'hommes ruinés ou tarés, de jeunes débauchés, seules personnes qui, pendant tout ce temps, avaient pu consentir à lui servir de complaisants ou de complices. Lui-même, à travers ses bonnes manière, laissait percer quelque chose qui sentait l'aventurier et le prince de hasard. Il continuait à se plaire au milieu de cette compagnie subalterne, alors qu'il n'était plus obligé d'y vivre. Je crois que la difficulté qu'il avait à exprimer ses pensées autrement que par écrit l'atta­chait aux gens qui étaient depuis longtemps au courant de ses idées et familiers avec ses rêveries, et que son infériorité dans la discussion lui rendait, en général, le contact des hommes d'esprit assez pénible. Il dési­rait, d'ailleurs, avant tout, rencontrer le dévouement à sa personne et à sa cause (comme si sa personne et sa cause avaient pu le faire naître) ; le mérite le gênait pour peu qu'il fût indépendant. Il lui fallait des croyants en son étoile et des adorateurs vulgaires de sa fortune. On ne pouvait donc l'approcher qu'en passant à travers un groupe de serviteurs intimes et d'amis par­ticuliers, dont le général Changarnier me disait, dès ce temps-là, qu'on pouvait les définir presque tous par ces deux mots qui rimaient ensemble : escrocs et marauds. En somme rien n'était au-dessous de ses familiers si ce n'est sa famille composée en majeure partie de vauriens et de drôlesses.

    Tel est l'homme que le besoin d'un chef et la puis­sance d'un souvenir avaient mis à la tête de la France, et avec lequel nous allions avoir à la gouverner.

     

     

    images.jpeg

     

     

  • L’Eglise et L’Etat, politique, religion et laïcité

    L’Eglise et L’Etat, politique, religion et laïcité

    Benoit XVI & Sarko.jpgVoici quelques mois on a cru bon, dans les sphères du pouvoir, en France et au Vatican, de faire appel à Tocqueville pour renforcer les liens entre un Etat qui se veut laïc et les religions. C’est oublier que Tocqueville a souligné que la première chose qui l’a frappé, en arrivant aux Etats-Unis, avait été de constater chez un peuple « religieux » la séparation effective du religieux et du politique. Alors qu’en France le traumatisme des persécutions religieuses de la Révolution subsiste, les États-Unis offrent l’exemple d’un peuple et d’un État vivant sous un régime démocratique dans lequel la religion est d’autant mieux établie et d’autant plus forte qu’elle est séparée du politique ; mieux encore, c’est dans l’exacte mesure où la religion reste à l’écart de la sphère politique qu’elle est la principale force politique du pays :

    « À mon arrivée aux États-Unis, ce fut l'aspect religieux du pays qui frappa d'abord mes regards.[…]

    J'avais vu parmi nous l'esprit de religion et l'esprit de liberté marcher presque tou­jours en sens contraire. Ici, je les retrouvais intimement unis l’un à l'autre : ils régnaient ensemble sur le même sol.

    Chaque jour je sentais croître mon désir de connaître la cause de ce phénomène.[…]

    Ceci me conduisit à examiner plus attentivement que je ne l'avais fait jusqu'alors la position que les prêtres américains occupent dans la société politique. Je reconnus avec surprise qu'ils ne remplissent aucun emploi public. Je n'en vis pas un seul dans l'administration, et je découvris qu'ils n'étaient pas même représentés au sein des assemblées.

    La loi, dans plusieurs États, leur avait fermé la carrière politique ; l'opinion dans tous les autres.

    Lorsque enfin je vins à rechercher quel était l'esprit du clergé lui-même, j'aperçus que la plupart de ses membres semblaient s'éloigner volontairement du pouvoir, et mettre une sorte d'orgueil de profession à y rester étrangers ».

    Pour le reste, Tocqueville se garde bien de juger ce qu’il en est de la foi réelle et du conformisme, de l’authenticité et du pharisaïsme et/ou des convenances d’une société puritaine. Pour l’individu avoir la foi et poser les gestes de la foi sont deux choses différentes ; pour la société, l’apparence compte plus que le fond des choses. Peu importe, pour la société, qu’un acte soit authentiquement religieux ou moral puisque d’un point de vue sociétal l’apparence offre ici la même garantie pour le corps social que la réalité : l’exigence sectaire est purement formelle et se moque bien des canons kantiens ainsi qu’il l’écrit à son ami Kergorlay :

    « [Aux États-unis] on suit une religion comme nos pères prenaient une médecine au mois de mai, si ça ne fait pas de bien, a-t-on l’air de dire, au moins ça ne peut pas faire de mal, et il est d’ailleurs convenable de se conformer à la règle commune ».

    On le voit le propos est familier ce qui se comprend mieux quand on sait que Tocqueville était essentiellement agnostique.

     

    En 1858, Monseigneur Daniel, évêque de Coutances ayant appelé, par trois fois, les paroissiens de son diocèse à prier pour l’envoyé du Très-Haut, Tocqueville - qui n’imaginait pas celui-ci avec la barbichette et les yeux globuleux de Napoléon III - prend sa plume et écrit à son évêque ce petit texte dont on admirera l’ironie :

     

     

     

    À MONSEIGNEUR ***, ÉVÈQUE DE...

    Tocqueville, 4 mars 1858

     

    Monseigneur,

    Je viens de recevoir l’Instruction pastorale que vous avez bien voulu m’adresser.

    J'ai été très-touché que vous ayez bien voulu vous souvenir de moi dans cette circonstance. Veuillez agréer l'expression de ma vive reconnaissance. Je vous ai lu, monseigneur ; je vous ai admiré. J'ai admiré cette abondance de la parole qui n'ôte rien à la précision de l'idée ; l'éclat du langage ; la force de la pensée que les richesses de l'expression ornent et n'énervent point. J'ai reconnu, en un mot, les dons particuliers de voire éloquence, de cette éloquence qui pénètre dans l'esprit et touche le cœur.

    En même temps que je vous exprime avec une parfaite sincérité ces sentiments que la lecture de votre Mandement m'a inspirés, me permettrez-vous, monseigneur, de vous soumettre, avec toute la défiance que je dois avoir en moi-même quand je vous parle, une observation critique. Elle se rapporte à ce paragraphe du Mandement, page 31, où vous parlez de l'Envoyé du Très-Haut, Celui que sa grâce a choisi, ce Ministre des divins Conseils, etc. Il m'a paru que ces paroles impliquaient une sorte de consécration au nom de la religion [ du gouvernement actuel ] ; et j'avoue avec candeur que venant d'un homme tel que vous, elles m'ont ému. Je ne veux point assurément, entrer dans une discussion politique. Je me suppose ami des institutions actuelles (ce que je confesse que je ne suis point), et, partant de cette donnée même, je me demande s'il n'y a pas quelque danger pour la religion à prendre parti pour le pouvoir nouveau et à le recommander en pareils termes au nom de Dieu. J'ai vu, de mon temps même, l'Église mêler aussi sa cause à celle du premier empereur ; je l'ai vue de même couvrir de sa parole la Restauration ; et il ne m'a pas semblé qu'elle eût profité de cette conduite. Dans un pays en révolution comme le nôtre, les jugements qui sont portés sur le pouvoir du moment ne sauraient être unanimes. Dans ces temps malheureux, on ne blâme pas seulement les actes du gouvernement ; on conteste sa moralité, ses droits. Il y a encore aujourd'hui, en France, un grand nombre d'hommes qui regardent comme un acte de conscience de ne point reconnaître le nouveau pouvoir. Je crois qu'on ne saurait nier que parmi ceux-là il ne s'en trouve plusieurs qui par l'étendue de leurs lumières, l'honnêteté de leur vie, souvent par la sincérité de leur foi, sont les alliés naturels de l'Église, je dirais ses alliés nécessaires, si la religion n'avait sa principale force en elle-même.

    Parmi ceux mêmes qui approuvent la marche actuelle du pouvoir, combien peu ont honoré ses débuts et ses premiers actes ? [ Violer les serments les plus solennellement prêtés ou rejetés, renverser par la violence les lois qu’on s’était chargé de protéger, mitrailler dans Paris des hommes désarmés pour inspirer une terreur salutaire et prévenir la résistance... Ces actes, et je pourrais assurément en ajouter beaucoup d’autres, ] ces actes peuvent être excusés et même approuvés par la politique ; mais la loi morale universelle les réprouve [ absolument ]. Ceux qui ont présents ces souvenirs si récents de notre histoire, [ ne peuvent manquer d’éprouver ] un trouble douloureux au fond de leur âme et une sorte d'ébranlement de leur croyance, en entendant les voix les plus autorisées couvrir de pareils actes au nom de la morale éternelle [ un pouvoir si nouveau et qui a ainsi commencé ].

    Voilà du moins, Monseigneur, le doute que je me permets de vous soumettre, en faisant appel à votre indulgence en faveur d'un homme qui professe pour vous autant de respect que d'attachement.

    Alexis buste.jpg

    Les récentes prises de position de Benoît XVI me rappellent les propos d’un de mes amis, Etienne Charpentier, l’un des grands biblistes français disparu voici 25 ans : « L’Église catholique me fait penser à l’un de ces chats des dessins animés qui avancent levant la tête, voire fermant les yeux, sans s’apercevoir qu’au bout d’un moment ils marchent au-dessus du vide ».Benoit 16 Sarko1.jpg

     

     

    (J’ai reproduit ici le texte tel qu’il parut dans le tome VII de l’édition Beaumont, mais j’ai fait apparaître en caractères gras et entre [...] ce qui avait été supprimé par (ou pour) la censure. Malgré ces suppressions, l’attaque restait forte, contre le régime et contre l’attitude de l’évêque.)Religion & société2.doc

    Tocqueville & la religion txt jlb.doc

    On pourra également se reporter aux deux adresses suivantes :

    http://classiques.uqac.ca/contemporains/benoit_jean_louis/benoit_jean_louis.html

    http://classiques.uqac.ca/classiques/De_tocqueville_alexis/de_tocqueville.html